fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations


Le Canadien Michael O’Connell, alias Culture Reject, était en France il y a environ deux mois, pour fêter la sortie d’un nouvel EP sur le label Specific. Le nom de son groupe est intimement lié à son métier de travailleur social, et son intérêt pour l’ailleurs et les autres lui inspirent des pop songs un peu soul. Le disque s’appelle Forces. Son auteur montre dans l’interview qui suit une belle force de caractère, milite avec conviction et affirme l’importance de l’art pour tous et tous les jours.




www.facebook.com/culturereject

culturereject.bandcamp.com/

Merci à Michael et à Florian (La Face Cachée, Specific) pour la découverte !






(version française à lire plus bas, après la video)



Why are you called Culture Reject? I’ve read you work in a recording studio with homeless kids?




The population of people I work with is very diverse. Young kids from Toronto, from other parts of Ontario and Canada, maybe from very rural places, running away from home because they’re queer or because they just can’t live there because the values are too conservative. They come to Toronto and find themseves in the streets they find themselves caught in addictions. Then I also see a lot of people coming from all over the world, Ethiopia, Nigeria, Latin America, Mexico. They’re facing hard times you know. Canada’s a very accepting country. We stand on equality but sometimes racism still exists so people face barriers. The work that I do is to help equalize their position in the world. Sometimes they need to be more stable and more healthy people and music is a great way to do that. Sometimes I work with people who are amazing musicians. They write songs, they’re great singers and bass players and drummers. Sometimes I work with people who are terrified, who have no musical skills at all. They just want to learn how to sing with confidence or they just want to learn how to play a little bit of guitar. I run a recording studio with a group of other artists and these people can come. I have no prediction as to what they’re going to be. I just want them to experiment and process music so that they process themselves.





Culture Reject is a strong name.



It is a strong name. It comes from the work that I do because I started to realise some people are not on the street because they’re a victim. They’re on the street because they have made a choice. I see this sort of mainstream culture rejecting young people, especially people who are in poverty, specifically people who are trying to create another kind of world. They turn around and make a beautiful critique of the mainstream culture. They use art to do it, they make paintings, they make songs, they write poetry, they do dance and theatre and they create a response to mainstream culture. They say “We reject your culture. We reject you actually”. It works both ways. It’s sort of an encouragement for people to actually not be afraid to be rejected by the world around them if they believe what the world is doing is wrong, sometimes. Something like that.





Have you traveled a lot? I read you’ve been to Africa.



A little bit in Tanzania and 6 months in Malawi. I lived in one place for a long time, 4 months in one small village working with a family, on a farm and in a hospital. It wasn’t missionary work. The Canadian government creates exchanges, “les échanges entre pays” and it was a beautiful experience. It impacted me emotionally, politically and musically a lot. There’s no fear in making music, people don’t say: “Oh I can’t play! Oh I can’t sing!” Everyone sings and everyone plays.





Is there another country where you would like to go to?



Columbia. I’d really like to go to Columbia. I think there’s just a lot of music and culture that I would love to explore. Especially Afro Columbian culture and Cumbia music I really think it’s great stuff.





The record cover shows someone opening a box. What’s in the box?



Maybe just one still moment where the entire world is not moving at all and total silence. Complete silence would look like that I think.





How did you learn music? Did you take classes?



A little bit. I was rejected from the choir because I wasn’t good enough. The teacher laughed at me during the audition. He looked at other students and said “Look at that”. They were just cruel but I’m ok. I learned with a little bit of lessons on the bass guitar. My father was a musician. He sold insurance but he was a great guitar player and a great singer. At parties he would pull his guitar and play. It was wonderful. Kids learn a lot just by culture like that. It felt easy playing music because my father did that. When I was in grade 5, at 10 or 11 years old, I just started playing guitar with a friend of mine, playing shows, just playing songs at seniors homes on Sunday nights. It was a very interesting way to learn how to play to an audience.





What instrument would you like to learn?



I’d like to learn the piano for real.





There are three band members according to the record cover. Do the others write with you or play what you ask them to play?



They play what I ask them to play but it evolves. We’re learning to cowrite a little bit but I still feel I need to control. I’m ok with that and they’re ok with that. I would like to see that grow into being more of a collective but for now it’s ok.





As a Canadian, do you know where your family’s from? Is it important to you?



It is something that is important to me. I’ve studied the British side of my heritage but I haven’t studied the Irish side. My plan is to go to Ireland with my brother who I dedicated the record Forces to. I think he and I will go in the next five years together and just enjoy the people, the beer and everything.





Which song are you most proud of?



Some songs don’t surprise me anymore, my relationship to them is becoming passive. But Quicksand, I did all the recording for that myself and it’s sort of a magical song for me still. I like that song.






Who listens to your songs first?



My kids. When my children of 13 and 14 are walking around my house and singing to themselves, I know the song is good. It means a lot to me for them to like it. My wife also hears it first, and a few close friends. Sometimes it’s very intentional, I’ll send two demo songs to people and say “what do you think?”.





What records do you remember changed your life?



“Songs in the key of life” by Stevie Wonder. Holst “The planets”, it’s classical. Reflections Eternal, Talib Kweli and DJ Hi-Tek. “It takes a nation of millions to hold us back” Public Enemy. And “The Freewheelin’ Bob Dylan”.





What song would you like to have written?



I was thinking maybe “I’m only sleeping” by John Lennon.





If someone said they could invent and build something especially for you, what would you ask for?



I think a transporter. I love getting to places slowly. I love what I call roadtrips but sometimes I just want to get there.





Do you listen to music on the road? What’s in your mp3 player at the moment?



I’ve been listening to Major Lazer and Black on both sides by Mos Def a lot.





Who’s your favourite monster?



Heath Ledger as the Joker it is one of the greatest performances of all times. I believed him.





Who’s your favourite superhero?



I think it’s Spiderman but the Spiderman from the 1970s in the first animation series. I highly recommend listening to the soundtrack. The music is so incredible. It’s really kinda like this dark jazz, so influenced by Charles Mingus and Quincy Jones. I don’t even know what genre of music that’s called but it’s phenomenal.





If you could spend one day in somebody else’s shoes, who would you be?



My son. If I could just see how he sees, I could be a better father. We’re similar but he has these extra desires and this extra energy. I really wanna be the best for him.





What have you learned, today or recently?



That to be an artist you have to declare that you’re an artist. It’s ok to make it part of your identity because then you become accountable to it. The world needs to accept and value artists. You know if there’s gonna be cuts in finances, arts often go first… Art and artistic expression is just so vital to our lives every day. I think that people don’t have time for it. They just think it’s not important. Artists need to proudly say “I’m an artist, I’m a musician, I’m a dancer, I’m a fucking dancer, I dance. It’s my life”. I think it’s important.






Je travaille avec des personnes vraiment diverses. Des jeunes de Toronto, de partout en Ontario, au Canada. Ils viennent parfois de la campagne, ont fui leur maison parce qu’ils sont gays ou simplement parce qu’ils ne peuvent pas vivre là où les mentalités sont trop conservatrices. Ils viennent à Toronto et se retrouvent à la rue et risquent toutes sortes d’addictions. Beaucoup de gens viennent de partout dans le monde, Ethiopie, Niger, Amérique Latine, Mexique. Les temps sont durs pour eux. Le Canada est très ouvert d’esprit. On milite pour l’égalité mais il y a toujours du racisme et les gens sont face à des barrières. J’essaie de les aider à trouver un équilibre dans le monde. Ils ont parfois d’abord besoin d’être plus stable et en meilleure santé, et la musique est d’une grande aide. Parfois ce sont d’extraordinaires musiciens. Ils écrivent, chantent, jouent des instruments. Parfois je travaille avec des gens qui sont terrifiés, ils n’y connaissent rien. Ils veulent juste apprendre à chanter avec assurance, à jouer un peu de guitare. Je m’occupe d’un studio d’enregistrement avec d’autres artistes où ces personnes peuvent venir. Je ne fais pas de prédictions sur le futur. Je veux juste qu’ils expérimentent et apprendre des choses sur la musique de manière à apprendre des choses sur eux-mêmes.




Culture Reject est une association de mots plutôt forte.



Oui. Il m’a été inspiré par mon travail parce que j’ai commencé à comprendre que certains personnes ne sont pas à la rue parce qu’elles sont des victimes. Elles sont dans la rue parce qu’elles sont fait un choix. Je vois que la culture mainstream rejette les jeunes, spécialement les plus pauvres, spécialement les gens qui essaient de créer un autre genre de monde. Ils tournent le dos à la culture mainstream et en font une belle critique. Ils utilisent l’art, la peinture, les chansons, la poésie, la danse et le théâtre et créent une réponse à cette culture. Ils disent que ce sont eux qui la rejettent, en fait. Ca marche dans les deux sens. C’est en encouragement à ne pas avoir peur d’être rejeté par le monde s’ils croient que le monde ne marche pas bien, parfois. Quelque chose comme ça.




As-tu beaucoup voyagé ? J’ai lu que tu as passé du temps en Afrique.



Un peu de temps en Tanzanie et 6 mois au Malawi. Je suis resté au même endroit pendant 4 mois, dans un petit village où je travaillais avec une famille, dans une ferme et dans un hôpital. Ce n’était pas une mission religieuse. C’était organisé par le gouvernement canadien. Une très belle expérience qui a eu un grand impact pour moi, émotionnellement, politiquement et musicalement. Ils n’ont pas peur de faire la musique, personne ne dit « oh, je ne sais pas jouer, je ne sais pas chanter ! » Tout le monde chante et tout le monde joue de la musique.




Quel autre pays souhaiterais-tu connaître ?



La Colombie. J’aimerais beaucoup aller en Colombie. C’est une culture, et une culture musicale que j’adorerais explorer, spécialement la culture Afro Colombienne et la Cumbia que je trouve super.




La pochette du disque montre quelqu’un en train d’ouvrir une boite. Qu’y a-t-il dans la boite ?



Peut-être un moment fugace où le monde est totalement immobile et le silence total. Le silence total ressemblerait à ça je pense.




Comment as-tu appris la musique ? As-tu pris des cours ?



Un peu. Je n’ai pas été pris à la chorale parce que je n’étais pas assez bon. Le prof s’est moqué de moi pendant l’audition. Il a regardé les autres et a dit « Regardez-moi ça ». Ils ont été cruels mais je m’en suis remis. J’ai pris quelques leçons de basse. Mon père était musicien. Il vendait des assurances mais il chantait et jouait très bien de la guitare. Il jouait aux soirées. C’était fantastique. Les enfants apprennent beaucoup par ce biais là. C’était normal, ça me semblait facile de me mettre à la guitare puisque j’avais vu mon père le faire. Quand j’ai eu 10 ou 11 ans, j’ai commencé à jouer avec un de mes amis, on jouait des chansons dans les maisons de retraite le dimanche soir, une manière intéressante d’apprendre à jouer devant un public.




Quel instrument voudrais-tu apprendre ?



J’aimerais apprendre le piano sérieusement.




Il y a trois membres dans le groupe. Est-ce que les autres écrivent aussi ou est-ce que tu leur dis quoi jouer ?



Ils font ce que je leur dis de faire mais ça évolue. On apprend à écrire ensemble un petit peu mais j’ai encore l’impression que c’est moi qui commande. ça me convient et ça leur convient. Dans le futur j’aimerais qu’on devienne plus comme un collectif mais pour l’instant c’es bien comme ça.




Tu es Canadien. Est-il important pour toi de connaître les origines de ta famille ?



C’est important. J’ai fait des recherches sur le coté britannique de mes ancêtres mais pas encore sur le coté irlandais. J’ai l’intention d’aller en Irlande avec mon frère (à qui le disque est dédicacé). Dans les 5 ans qui viennent, on partira ensemble et s’amusera en bonne compagnie, on profitera de la bière etc…




De quelle chanson es-tu le plus fier ?



Certaines chansons ne me surprennent plus. Mais parlons de Quicksand. Je l’ai enregistré seul et elle est toujours magique. J’aime cette chanson.




Qui écoute tes chansons en premier ?



Mes enfants. Quand mes enfants de 13 et 14 ans se promènent dans la maison en chantonnant une chanson, je sais qu’elle est réussie. ça compte beaucoup pour moi qu’ils les aiment. Ma femme aussi les entend en premier, et quelques amis proches. Parfois je leur envoie exprès deux démos pour leur demander ce qu’ils en pensent.




Quels disques ont changé ta vie ?



“Songs in the key of life” de Stevie Wonder. Holst “The planets”, de la musique classique. Reflections Eternal, Talib Kweli et DJ Hi-Tek. “It takes a nation of millions to hold us back” Public Enemy, et “The Freewheelin’ Bob Dylan”.




Quelle chanson d’un autre aimerais-tu avoir écrite ?



Je pense… peut-être “I’m only sleeping” de John Lennon.




Si quelqu’un proposait d’inventer et de fabriquer quelque chose spécialement pour toi, que demanderais-tu ?



Un transporter. J’adore me déplacer lentement. J’adore les roadtrips mais parfois je suis juste pressé d’arriver.




Est-ce que tu écoutes de la musique sur la route ?


J’écoute beaucoup Major Lazer et Black on both sides de Mos Def en ce moment.




Qui est ton monstre préféré ?



Heath Ledger dans le rôle du Joker en fait une des meilleures performances de tous les temps. J’ai cru qu’il était vraiment le Joker.




Qui est ton superhéros préféré ?



Je dirais Spiderman, le Spiderman du dessin animé des années 70. Je recommande chaudement d’écouter la musique de ces films. Elle est incroyable. C’est un genre de jazz sombre, influencé par Charles Mingus et Quincy Jones. Je ne sais même pas comment ce genre de musique s’appelle mais c’est phénoménal.




Si tu pouvais passer une journée dans la peau de quelqu’un d’autre, qui serais-tu ?



Mon fils. Si je pouvais voir comme il voit les choses, je serais un meilleur père. On se ressemble mais il a des désirs en plus et de l’énergie en plus. Je veux vraiment être ce qu’il y a de meilleur pour lui.




Qu’as-tu appris, aujourd’hui, récemment ?



Que pour être un artiste, il faut déclarer qu’on est un artiste. Il faut en faire une partie de notre identité, devenir responsable. Le monde doit accepter et valoriser les artistes. Quand on diminue les budgets, les crédits consacrés aux arts disparaissent les premier… l’art et l’expression artistiques sont vitaux dans nos vies. Les gens n’ont souvent pas de temps. Ils pensent que ça n’a pas d’importance. Les artistes doivent affirmer fièrement « je suis artiste, je suis musicien, je suis danseur, putain, je danse. C’est ma vie » Je pense que c’est important.




Nouveau message