fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations




Cela a commencé avec un disque prêté, une surprise avec un arbre dessus, un portrait de l’artiste enfant et un texte qui remercie vivement les amis musiciens pour leur présence et leur aide. Dès le début, un coup de coeur immédiat pour le premier titre, « Waterlilies and creatures ». Plusieurs écoutes et un concert plus tard, les dix titres sont restés dix énigmes peuplées de créatures étranges. Malgré lecture et relecture des textes, la part de mystère demeure intacte alors même que les mélodies deviennent plus familières à chaque écoute.

Avec une guitare acoustique, on dit de lui qu’il a « la force émotionnelle de Thom Yorke », avec une guitare électrique, un certain côté Jeff Buckley. En vacances de son groupe plus « envoyé », Headcases, Pierre-Louis a.k.a Luis Francesco Arena a été bien inspiré d’enregistrer ces chansons en plus qui lui venaient en tête.


Une interview à lire, en attendant d’écouter en février le split 45t avec Ken Stringfellow (des Posies) (où chacun reprend une chanson de l’autre) et un nouvel album à la fin de l’année.


Comment aimes-tu te décrire ? quels mots n’aimes-tu pas voir utiliser en parlant de toi ?


Je suis une sorte d’artisan, j’essaie de « boutiquer » des chansons, mon obsession c’est d’essayer d’écrire de bonnes chansons, j’ai renoncé à vouloir à tout prix révolutionner la musique!

J’essaie d’y mettre de la sensibilité et de l’expression, j’essaie d’installer une certaine proximité,une certaine intimité…Je n’ai pas le souvenir d’avoir lu des mots choquants à mon sujet,je ne suis pas insensible aux mauvaises critiques,mais je n’ai pas spécialement de mauvais souvenirs.


Es-tu un collectionneur acharné ? de quoi ?


Je ne collectionne rien en particulier, j’achète beaucoup de disques, mais pas avec une approche de collectionneur.


Comment t’es venu l’amour de la musique ?


Trés tôt, mon père était musicien, ma mère était une fan de musique et mon beau père m’a fait découvrir la scène indépendante américaine du début des années 90.

J’ai eu ma première experience scénique en CM2 en jouant une de mes chansons devant la classe.


Comment as-tu débuté ? (la chance, un travail acharné, les bonnes rencontres au bon moment ?) Tu jouais dans un groupe plus « bruyant » avant. Te souviens-tu quand tu as décidé d’un projet solo ?


Ce groupe bruyant s’appelle “headcases”,nous existons toujours, nous avons enregistré un nouvel album à Chicago qui devrait sortir au printemps, nous avons sorti un premier disque en 1999 puis deux autres disques ensuite.

Je viens d’une scène très rock avec des labels comme noise amphetamine reptile records, dischord, touch and go, sub pop…

J’avais de plus en plus de chansons qui ne correspondaient pas à l’univers de headcases, j’ai enregistré le premier disque avec un ami sans réelle intention de le sortir. Ensuite par le biais de rencontres il est d’abord sorti sur le micro label Another records, puis j’ai ensuite signé sur Fiatlux records le label sur lequel je suis actuellement.

J’ai eu la chance dès mes premiers concerts d’avoir des offres de labels que je respectais beaucoup.


Quelle énergie destines-tu aux media ?


L’énergie qu’ils veulent bien recevoir! Je n’ai jamais refusé une interview, je suis plutôt flatté que certaines personnes s’intéressent à ma musique.


Quelle importance accordes-tu à l’endroit où tu vis ? Quels sont Les avantages et les inconvénients d’y vivre ?


Je vis à Tours depuis quelques mois, une ville intéressante pour son architecture et son histoire, mais pas vraiment d’un point de vue musical. Malgré l’abondance de groupes et de personnes motivés, il existe peu de lieux de diffusion pour les « musiques actuelles ».

Je ne sors pas beaucoup ce qui me permet de me concentrer sur la musique quand je ne suis pas sur la route. Plus les années passent plus l’environnement et le climat ont une influence sur moi.


Tu as mis un arbre et une photo de toi enfant sur la pochette du disque. Ça n’est pas anodin comme choix…


Ce n’est pas aussi “réfléchi” que ça peut le paraître. Compte tenu de l’esprit du disque il me fallait un artwork plutôt épuré. J’ai dessiné cet arbre, ce qui m’a pris à peu près trente secondes. J’ai pensé qu’une photo d’enfance apporterait beaucoup plus de sens qu’une photo de moi récente.


Le dernier disque écouté en 2006 ? le premier en 2007 ?


en 2006…je ne sais plus…en 2007, peut être le dernier album d’Andrew Bird.


As-tu des petits rituels de 31 décembre ? (genre réécouter un disque phare, relire quelque chose, cuisiner, téléphoner à de vieux amis ?)


J’accorde peu d’importance au 31 décembre, je ne fonctionne pas véritablement sur le calendrier chrétien.


Que fais-tu de ton temps libre ?


Rien d’exceptionnel, je joue de la musique, je regarde des films, je lis quelques livres…


Penses-tu qu’il y a des moments où on ne devrait pas écouter de musique ou bien qu’on peut en écouter en toutes circonstances ?


A chacun de trouver sa circonstance musicale! Il ya quelques années j’écoutais de la musique du matin au soir, maintenant j’ai besoin de plus d’espace et de silence.

J’écoute beaucoup de musique en voiture, mais j’aime aussi me poser chez moi et ne rien faire d’autre que d’écouter un disque.


As-tu des souvenirs précis de rencontres avec des disques qui sont pour toujours reliés à des circonstances particulières ?


Oh oui bien sûr! Une chanson de l’album Spiderland de Slint que je faisais écouter à ma grand-mère en partant en vacances avec mes grands-parents, l’album « Amazing disgrace » des Posies lors d’un voyage en Bretagne, une chanson du groupe Far sur les bancs du lycée, et une chanson d’Hawksley Workman quand j’ai rencontré ma petite amie.


Quels sont les personnages de livres ou de films qui t’inspirent ou t’accompagnent comme des modèles à suivre dans la vraie vie, ou au contraire des modèles à ne pas suivre ? (les titres de plusieurs de tes chansons parlent de personnages imaginaires qui viennent de me faire penser au recueil de Tim Burton, d’ailleurs, « the death of oyster boy ».)


Peter Pan et Charlie Chaplin pour les modèles à suivre, une de mes nouvelles chansons me fait penser à Tim Burton, plus pour l’univers musical que pour les paroles, pourtant ce n’est pas une réelle influence.


Qui/Quel est ton monstre préféré ?


Tom Waits


Ton super héros préféré ?


Ken Stringfellow


Sur quels disques sais-tu pouvoir compter ? lesquels réécoutes-tu régulièrement ?


J’aime toujours écouter “in utero” de Nirvana, “five leaves left” de Nick Drake, “a taste for bitter” de Chokebore, “hide the kitchen knives” de Paper Chase, “more boy, less friend” de Sprinkler, album pour lequel j’ai participé à un concert tribute.


Y a t-il des disques que tu voudrais aimer mais que tu n’arrives pas à écouter en entier ?


Certains albums de Lambshop.


As-tu un truc pour te sentir invincible quand tu dois faire quelque chose de difficile ou de désagréable ?


Je pense à ce que je ferai après les difficultés.


Si on t’octroyait 5 places dans une fusée avant la destruction du monde, à qui les offrirais-tu ?


Peter Pan, Audrey Tautoux, le Petit Poucet, Eve sans Adam (puisqu’il n’y a que 5 places) et le capitaine Crochet pour relever un peu la sauce.


A la place de qui aimerais-tu être, pour une journée ou plus longtemps ?


Un enfant de 5 ans pour un jour, et la même personne à 80 ans pour le lendemain.


Qu’as-tu appris de nouveau récemment ?


Dans certaines parties de l’Inde on élimine les foetus féminins.(j’étais ignorant à ce sujet).


As-tu un jeu de mot idiot préféré ou un calembour irrésistible à partager avec nous ?


La griotte sur le muffin pour dire, la cerise sur le gâteau.


Nouveau message