fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations



Si pour échapper à la déforestation, un panda imaginaire devenait globe trotter et parcourait le monde, il voyagerait certainement sur cette compagnie franco américaine, lestant de son image d’animal pataud et sympathique l’électro de Panda Transport, légère comme les nuages au dessus de l’Atlantique.

Et si l’on entreprend de considérer l’album comme un plan de vol, les premiers titres sont placés sous le signe d’une voix féminine entre lounge et trip hop, élégante, brillante, distante comme chez Thievery Corporation. S’ensuit une escale, une chanson plus groovy, et le panda imaginaire d’esquisser un pas de samba ou d’une autre danse chaloupée, au diapason d’un nouveau continent.

Toutefois, en compagnie de l’animal noir et blanc, nous ne sommes jamais mieux transportés qu’en passant par Manchester. Ainsi, « Faith », chanson de milieu de parcours, emprunte beaucoup à New Order, mélangeant cliquetis synthétiques et guitares attrape-coeurs tout droit sorties des lumineux disques de pop anglaise des années 80.

L’audacieux mélange fait à nouveau merveille sur une relecture de « Love will tear us apart », où les deux, Thierry Holweck le lyonnais musicien producteur électro rock et Kathy Compton la chanteuse de pop jazz américaine trouvent un bel équilibre. A ce moment précis, où que l’on soit, nos yeux s’emplissent de mélancolie au son de ce chant d’appel à un nouveau départ.


Thierry, peux-tu nous réexpliquer ce que tu as fait avant Panda Transport, dans des groupes ou en tant que producteur? Severin 24, c’est très new wave, non?


Thierry : J’ai joué dans un groupe de Rock qui s’appelait Garlic Frog Diet dans les années 90. En tant que producteur, je produis des artistes comme Mach Fox aux USA.

Sous le nom de Severin24, je fais de l’electro depuis 7 ans, mais je suis plus connu dans les milieux underground aux USA, qu’en France. Je fais également des remix, par exemple ce premier semestre pour Buzz (France), Mach Fox (USA), Roppongi project (Russie), Pat le Pirate (France). Je participe également au CD Tribute d’Hélios Creed, projet dont je suis assez fier parce que je suis fan de cet artiste. J’étais vraiment très content que les producteurs pensent à moi.

J’ai une page sur myspace pour ceux que ça peut intéresser (myspace/severin24), bon, je ne mets pas de faux ampli guitares sur scène, pas plus que je ne fais de la Tektonic, vous êtes prévenus.


Même question pour Kathy, comment en es-tu venue à Panda Transport après t’être intéressée à d’autres genres de musique?


Kathy : I believe  the ”transport” of Panda Transport is responsible for it’s inception. I left America searching to further my musical understanding. I did not know why I left until I went to Lyon and recorded “dindi” with thierry, because we were both musicians and it was a fun thing to do. The difference in our musical backgrounds never seemed to obstruct our development, but only enhance it. Our backgrounds may have been different but what we are passionate about is the same: to create memorable songs that are compelling and fascinating to us. Music is the universal language if there ever was one.


En quoi est-ce que ça a fait évoluer tes goûts musicaux?


Through Thierry, I have been introduced to a lot of new music that I may never have been interested in. Before I came to Europe, my tastes mainly ran from jazz to American indie pop.

Ti introduced me to a lot of electronica, and at the time of our meeting, I think technology was developing so that more people have had the same idea that we have had: to utilize a small domestic studio and to meld music software’s increasing capabilities with analog sound. Panda Transport is just that - petite computer noises paired with voice and classical and electric guitar - you can hear that in so many new bands now: zero 7, Bird and the Bee, Cibelle, Postal Service, Tender Forever… the list goes on and on.


Comment est né Panda Transport? Les hasards des rencontres? Est-ce par envie de remonter sur scène?


Kathy : I came to Europe seeking to play music. Ti and I met through a music website and he invited me to Lyon. We became friends, and helped each other with booking in our own countries.

We started to record just for the fun of it, we recorded Dindi within 24 hours of our meeting - I had never worked with an electronica guy, and he, never a female singer. It was an experiment that turned out right ;) we push each other out of our comfort zones, because that’s what friends do!


Thierry : Les hasards des rencontres, c’est tout à fait ça. On s’est rencontré à Lyon, à cette époque, je faisais le booking d’Anne Clark pour la France et donc, au départ on a surtout parler de s’aider à trouver des dates.

En même temps, je cherchais une voix féminine pour reprendre “Dindi” (Jobim)… au final, le morceau ne ressemblait pas du tout à du Severin24, pas plus qu’à du Kathy Compton… donc, on l’a mis dans un coin et nous sommes devenus des managers réciproques. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble et établi une grande complicité.

En 2006, Le fan-club de New Order au Canada, m’a demandé une reprise de Joy Division et j’ai choisi LWTUA (Love Will tear Us Apart, disponible en téléchargement). Kathy a travaillé avec moi mais ça s’éloignait un fois de plus de mon propre projet en terme de style, nous nous sommes dit ‘pourquoi ne pas créer un groupe’… ça aura mis plus de deux ans, mais c’est le temps qu’il aura fallu pour que nous soyons sur la même longueur d’onde.

Aujourd’hui, je crois que nous sommes comme des jumeaux, la cohésion est très forte. Kathy n’hésite pas à aller jouer dans ma cour au niveau créatif et c’est une vraie émulation. Nous partageons aussi des valeurs humaines, le rapport avec nos auditeurs et avec les gens avec lesquels on travaille. Ils font partie de notre environnement immédiat et nous sommes toujours reconnaissants pour le soutien qu’ils nous apportent.

Ce n’est pas démago, c’est juste traiter les gens comme on voudrait qu’ils nous traitent, on l’applique en premier à notre relation.


Comment composez-vous avec l’éloignement géographique?


Kathy : It varies. Nothing beats being on the same continent together though, what a pleasure that is! Sometimes Thierry will write a chord progression with a melody and send it my way, I’ll listen and let it gestate, let my subconscious dream up words. You know the saying that all our work is usually done in 20% of the time? That 20% is when we’re together and we kick our asses. When we’re apart, for the other 80%, the dough is rising, the herbs are mixing. Every song is different though - every song has had a unique process in being realised. Sometimes it’s his seed, sometimes mine, but the final product is usually vastly different from where it started from. That’s what makes it interesting.


Thierry : Pas de recette spéciale, la distance nous rapproche en fait dans le sens où on se téléphone quasiment tout les jours, ce qu’on ne ferait peut-être pas si nous habitions dans la même ville.

On cherche des idées chacun dans son coin et comme le dit Kathy quand nous sommes ensemble, on bosse. Un morceau peut être composé, enregistré en très peu de temps, et parfois c’est un process très long. En principe, on ne s’envoie que les idées par internet, le vrai travail se fait quand nous sommes ensemble.


Comment vos collections de disques sont-elle rangées?


Kathy : My vinyl is classified by 4 categories:

a fourth of it is: new wave and goth, New Order, Soft Cell, Siouxsie, The Cure, Dead Can Dance, Bauhaus etc…

Another fourth: jazz, mainly from second hand shops, a lot of lounge and tropic percussion

Another fourth: r’and b’ - Earth Wind and Fire, Motown and Stax/Volt

Another fourth is the country collection I inherited from my father. Kenny Rogers, hard core blue grass, Carl Smith, George Jones


Thierry : C’est le bordel, il me faut un temps fou pour trouver un vinyle, je n’aime pas les classements quels qu’ils soient.


Aimez-vous jouer les morceaux des autres pendant les balances avant les concerts, ou en répète? lesquels?


Thierry : Pendant la balance, ce n’est pas facile, parce que Frank Cavet, notre ingénieur du son, risque de nous tordre le cou!!

Non, il est adorable, mais très sérieux.

En répète, j’adore quand Kat joue Yoshimi des Flaming Lips, et j’aurais vraiment envie de le jouer sur scène.


Parmi vos disques, lesquels qualifieriez-vous de plus bruyant?


Kathy : A record of various jets and airplanes taking off. 44 planes in all. That is definitely the noisiest record I own.


Thierry : Je pense à Milkcult, Alec Empire, Suicide qui sont pas mal dans le genre..


…de plus lent?


Kathy : Any 45 at 33 speed ;) I do it often just for therapy. I have a slow talker in my head and the slower speed is really soothing to him.


Thierry: Rock Bottom de Robert Wyatt, j’adore, aussi la Reine verte de Pierre Henry.


Quels disques t’ont spécialement marqué, assez pour que tu te rappelles exactement le jour où tu les as entendus pour la première fois en te disant qu’il venait de se passer quelque chose d’important?


Thierry : Je squattais avec des copains à Montpellier, on se nourrissait de musique et d’eau fraîche, et quelqu’un nous a fait écouter Joy Division, ça nous a scotchés.

Le premier album des Cramps, dès les premières notes de la Fuzz…

Cure, déjà la pochette avec un frigo, et la musique, si nouvelle, avec une voix pas ordinaire, c’est un copain qui avait ramené le vinyle de Barcelone… pleins d’autres, plus récemment Monster O (petit groupe de Chicago) lors d’une tournée mémorable aux USA, leur CD tournait en boucle dans la voiture.

Comme pour pas mal de monde les chansons jalonnent les étapes de nos vies, rien de bien original.


Existe-il un disque que vous aimeriez aimer mais que vous n’arrivez pas à écouter en entier, quelle qu’en soit la raison?


Kathy : The records I love the most, I never listen to. When I learned how valuable they were to me I relegated them to my secret place. I am saving them for a day I do not know yet.


Thierry : Non, pas vraiment, j’ai eu du mal avec Suicide, mais avec quelques grammes d’alcool dans le sang , ça va ;-)) Sinon, certains disques me rendent nostalgiques, arghhhh..


Que faites-vous de votre temps libre?


Kathy : We are creating recipe’s for Panda Transport’s cookbook, le livre de recettes. Eating tasty food is the perfect compliment to good music. They go hand in hand. That, and a good bottle of wine.


Thierry : Kathy pense que je suis un très bon cuisinier, la comparaison avec les américains n’est pas difficile, même si c’est cliché. Elle adore quand je lui prépare un bon petit plat avec une bonne bouteille de vin et j’aime bien lui faire ce plaisir.

Ces derniers temps, j’aime m’isoler dans les Alpes du Sud, dans une maison qui appartient à ma famille, ou encore prendre la voiture et partir sans connaître la destination.


Que feriez-vous si vous ne faisiez pas de musique?


Kathy : We would be searching for the perfect music to go with our perfect food.


Thierry : Ha,ha, j’adore cette réponse… genre, on ne veut surtout pas répondre à ça..


Votre super héros préféré?


Kathy : I have a super hero couple. And they live in Dallas, Texas. And their names are top secret.


Thierry : Les mêmes.


Votre monstre préféré?


Kathy : My subconscious is my favourite monster. And it’s not by choix.


Thierry : Le subconscient de Kathy qui nous fournit les textes des morceaux ;-)


des morceaux, justement, sur la page myspace, et un clip très réussi.

le myspace de Kathy

le myspace de Severin24


Nouveau message