fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations



Pour son premier disque sorti en France sur l’estimable label Talitres, Emily Jane White a écrit avec une détermination fébrile des histoires d’amour, de monstres et de meurtres, des folk songs chantées avec guitare, piano et contrebasse. Elle avance voilée pour approcher ces pensées tumultueuses qui ne se laissent pas mettre en mots facilement, pour arriver au plus près de sa vérité. « Blue, so blue, true, so true » pourrait être sa devise.

Depuis quelques dizaines d’années, à contre courant de la pensée dominante, les femmes écrivains et artistes ont entrepris d’écrire leur histoire, comme si et parce que leur vie en dépendait. Après les textes d’Emily Brontë, Virginia Woolf, Bessie Smith ou PJ Harvey, Emily Jane White a composé dix chansons qui peuvent se lire et se relire comme un recueil d’énigmatiques nouvelles. Les personnages se fraient un chemin dans un champ de ruines dignes des tragédies grecques. Ils sont aussi portés vers un ailleurs rendu possible par la détermination d’une femme artiste à faire entendre sa voix, sur ce disque inépuisable et à l’occasion de lumineux concerts comme il y en eut cette année lors du festival Les Femmes s’en Mêlent.

L’interview est en anglais d’abord, en français en bas de la page.


You were part of the festival « Les Femmes s’en Mêlent » this year. What do you think of a festival that sets the light on female artists exclusively, like Les Femmes s’en Mêlent in France or LadyFest in the USA?


I think it’s important to encourage women to create, to express themselves. My parents and peers encouraged me when I was a little girl. When my friends heard my songs they told me I should record them and here I am. Things are happening so fast.

But, yes, it’s important to support women artists. It is important for my voice to be heard. It is important for everyone’s voice to be heard. Women’s history has been left out of major documentation for many many years. It’s important to speak to that. I think Les Femmes S’en Melent does a good job of expressing this sentiment.


I read in an article on the web that you’re considered a feminist. When did you get interested in feminism?


When I originally went to college I studied women’s studies and gender studies. I got a degree in gender studies. As a woman growing up in the world I felt various different pressures and I felt sexism. Adolescence is a time when sexuality is questioned. I’ve always felt bad about the fact that womanhood is culturally and intrinsically linked to sexual objectification. I felt this was really unfair.

My views have changed over the years. I’m not as intense as I used to be about feminism. Now I think everybody’s at a disadvantage, men too. People with different genders have different types of hardships than people who identify as a woman. So like I said, I guess I started to recognize my strong feminist sentiments in college.


Are you particularly attached to France? Had you already spent some time in France before the record came out?


I lived in Bordeaux for some time after I graduated college. I have really close friends in France, their friendships are very precious to me. I like France a lot, the food of course… but also French audiences listen more attentively than in the USA. Art is appreciated differently here.


Do you feel connected with musicians like Joni Mitchell, Cat Power, or Alela Diane who’s from San Francisco too?


I play folk music so yes, I feel connected with Joni Mitchell and other folk singers.


Your song « Wild Tigers I Have Known » appears in the original soundtrack of a film by Cam Archer, produced by Gus Van Sant, a film selected for the Sundance festival in 2006.


I have a desire to write songs for films. I yearn to go in this direction more and more. Wild Tigers I Have Known is really about isolation. It’s a coming of age story about a young boy who is deeply struggling with his identity. It is something to which many can relate.


The movie is about teenagers. What kind of a teenager were you? Did you know you wanted to become a musician?


I was not a very confident teenager. For example, I could never have imagined I’d become a musician and put out a record. My teenage years were not a pleasant time.


Were you named after a famous Emily, like Emily Brontë or Emily Dickinson ?


I like Emily Brontë a lot. I’m not very familiar with Emily Dickinson.

One book I’ve enjoyed reading recently is by Charlotte Perkins Gilman, « The Yellow Wallpaper ». It’s a classic piece, American short stories.


Your songs often tell stories. « Dark Undercoat » sounds like a story told by Johnny Cash…


All my songs are very different. They have different narratives and different feelings. « Dark undercoat » in particular was about a relationship. I cast a set of characters for the song. I often use a set of characters to re-create an experiential landscape.


Can you give an example of a fictional character in a book or a film you like?


I’m trying to think…

One thing that I’ve always loved as a child is the movie - I know it seems like a cheesy film - it was a movie with Winona Ryder and Cher called « Mermaids ». Winona Ryder’s character in that movie has always touched me. It’s the coming of age story of a young woman. It’s not very arty or very avant-garde or anything but that’s a film that I’ve loved for years.

And « Edward Scissorhands ». I’ve often watched that movie over the years and enjoyed it. I connect with the characters.


Can you tell us about a musical moment in a film that is the perfect match between music and pictures?


In « The Royal Tenenbaums » there’s an excellent soundtrack. There are many moments. There’s a scene when they’re sitting in a tent inside the house and there’s a song by the Rolling Stones.


In « Hole in the Middle », you say « everybody has a little talk with the devil », you talk about voodoo dolls… Do you believe in supernatural forces?


Yeah, I do. It’s not something that I spend my time thinking about all the time but I do think about other forces. I believe in spirits and virtual things.


Have you tried voodoo dolls on your ex-boyfriend?


No (laughs), it was more of a metaphor really.


How do you occupy your time while you’re travelling on tour?


I read a lot, sleep a lot when I’m travelling on the train but sometimes I have to drive so I’m not able to read. I listen to music.

Right now I’m listening to a country singer songwriter from the US, Gillian Welsh, her album « Time (the revelator) ».


When is the best time / where is the best place to listen to music?


For me, it’s by myself, in my car, driving.


What covers do you like to play when you’re doing the soundcheck or at home?


I used to play some Grahm Parsons covers when I was in a band before I started playing solo.


What’s your favourite « happy » record ?


Anything by The Supremes.


Who do you listen to when you’re sad?


Elliott Smith.


Who’s your favourite monster?


The « Creature From the Black Lagoon ». It’s a really old movie. The monster is so unbelievable. At one point a woman is screaming as if she was helpless but she could easily escape. It’s really not a fierce monster.


Who’s your favourite superhero?


I don’t really have one.


It can be somebody in real life.


Nick Cave.


Imagine you could spend one day in somebody else’s body. Who would you choose?


Let’s see… George Bush… to see the world through his eyes. It would be frightening and traumatizing. There’s no way that you’d be the same at all after the experience.


myspace.com/emilyjanewhite


www.emilyjanewhite.com/


le clip de Wild Tigers I Have Known




en français


Vous avez joué dans le cadre du festival « Les Femmes s’en Mêlent » cette année. Que pensez-vous des festivals exclusivement féminins, comme celui-ci en France ou Ladyfest aux USA?


Je pense qu’il est important d’encourager les femmes à créer, à s’exprimer. Mes parents et mes proches m’ont encouragée quand j’étais enfant. Quand mes amis ont entendu mes chansons ils m’ont dit que je devais les enregistrer et c’est ce que j’ai fait. Tout est arrivé très vite. Soutenir les femmes artistes est important. Je trouve important de faire entendre ma voix. Je trouve important que tout le monde fasse entendre sa voix. L’histoire des femmes a été absente des travaux de recherche pendant de très nombreuses années. C’est important d’en parler. Je pense que « Les Femmes s’en Mêlent » réussit à faire prendre conscience de tout cela.


Dans une interview lue sur internet, on vous dit féministe. Quand avez-vous commencé à vous intéresser au féminisme?


Quand je suis arrivée à l’université j’ai choisi de m’intéresser au « genre et à la condition féminine » (« women’s studies » et « gender studies »). J’ai un diplôme dans ces domaines. En tant que femme en grandissant j’ai ressenti des pressions et j’ai été confrontée au sexisme. L’adolescence est un moment où on questionne la sexualité. Je n’ai jamais accepté le fait que la femme soit culturellement et intrinsèquement considérée comme un object sexuel. Je pensais que c’était vraiment injuste.

Mon point de vue a changé avec la temps. Je ne suis plus aussi intransigeante qu’autrefois en ce qui concerne le féminisme. Aujourd’hui je pense que tout le monde est désavantagé, les hommes aussi. Les gens d’un genre différent ont des difficultés différentes des gens qui s’identifient au genre féminin. Comme je l’ai dit, je pense avoir commencé à développer de forts sentiments féministes à l’université.


Etes-vous particulièrement attachée à la France? Avez-vous déjà passé du temps en France?


J’ai vécu à Bordeaux pendant un moment après avoir terminé mes études à l’université. J’ai des amis proches en France, leur amitié m’est très précieuse. J’aime beaucoup la France, la nourriture bien sûr… mais aussi le public français qui écoute plus attentivement qu’aux USA. On apprécie l’art différemment ici.


Pensez-vous appartenir à la même famille de musiciennes que Joni Mitchell, Cat Power, ou Alela Diane qui vient aussi de San Francisco ?


Je joue de la musique folk alors oui, je pense être de la même famille que Joni Mitchell et d’autres artistes folk.


Votre chanson « Wild tigers I have known » est sur la bande originale d’un film de Cam Archer du même nom, produit par Gus Van Sant et sélectionné au festival de Sundance en 2006.


J’ai le désir d’écrire des chansons pour des films, j’ai de plus en plus envie d’aller dans cette direction. Wild Tigers I Have Known est un film sur l’isolation. C’est l’histoire du passage à l’âge adulte d’un jeune garçon qui lutte pour trouver son identité, un thème qui peut parler à beaucoup de monde.


Le film parle d’adolescents. Quel genre d’adolescente étiez-vous? Saviez-vous que vous vouliez devenir musicienne?


Je n’étais pas très sûre de moi. Par exemple je n’aurais jamais pu imaginer devenir musicienne ou sortir un disque. Mes années d’adolescence ne furent pas agréables.


Vous appelez-vous Emily en hommage à une autre Emily célèbre, Emily Brontë ou Emily Dickinson?


J’aime beaucoup Emily Brontë. Je ne connais pas bien Emily Dickinson. Un des livres que j’ai aimé récemment est un recueil de nouvelles de Charlotte Perkins Gilman, “The Yellow Wallpaper”, un classique.


La chanson « Dark undercoat » raconte une histoire à la manière de Johnny Cash…


Toutes mes chansons sont très différentes. Les trames narratives et les sentiments sont différents. « Dark undercoat » parlait d’une relation amoureuse. J’ai choisi un groupe de personnages pour la chanson. J’utilise souvent des groupes de personnages pour recréer une situation vécue.


Pourriez-vous donner un exemple de personnage imaginaire que vous aimez?


Je vais essayer de trouver… Depuis que je suis enfant j’ai toujours aimé le film « Mermaid », avec Winona Ryder et Cher, même si on considère que c’est un mauvais film. Ce n’est pas un film d’art et essai ni d’avant garde mais je l’aime depuis des années. Le personnage joué par Winona Ryder me touche. C’est l’histoire du passage à l’âge adulte d’une jeune femme. « Edward Scissorhands » également. J’ai vu ce film de nombreuses fois et je l’ai toujours aimé. Je me sens proche des personnages.


Quel est pour vous un moment musical dans un film où les images et la musique collent parfaitement?


La bande originale de « La Famille Tenenbaum » est excellente. Il y a de nombreux moments de ce genre. La scène où ils sont assis dans une tente à l’intérieur de la maison et on entend une chanson des Rolling Stones.


Dans « Hole in the Middle », vous dites « tout le monde a une petite discussion avec le diable », vous parlez de poupées vaudous, Croyez-vous en des forces surnaturelles?


Oui. Ce ne sont pas des choses auxquelles je pense tout le temps mais il m’arrive de penser à ces autres forces. Je crois aux esprits et aux choses virtuelles.


Avez-vous essayé les poupées vaudou sur votre ex?


Non (rires). C’était plus une métaphore en réalité.


Comment occupez-vous votre temps pendant que vous voyagez pendant les tournées?


Je lis beaucoup, je dors beaucoup quand je voyage en train mais parfois je dois conduite donc je ne peux pas lire. J’écoute de la musique. En ce moment j’écoute l’album « Time (the revelator) » de Gillian Welsh, une chanteuse country américaine.


Quel est le meilleur moment / le meilleur endroit pour écouter de la musique?


Personnellement, quand je roule seule en voiture.


Aimez-vous jouer des reprises?


Avant, quand j’étais dans un groupe avant de commencer à jouer en solo, je jouais des reprises de Grahm Parsons.


Quel disque vous met de bonne humeur quand vous l’écoutez?


N’importe quel disque des Supremes.


Qui écoutez-vous quand vous êtes triste?


Elliott Smith.


Qui est votre monstre préféré?


« La créature du lagon bleu ». C’est un très vieux film. Le monstre est incroyable. A un moment une femme crie comme si elle était sans défense alors qu’elle pourrait facilement se sauver. Ce n’est vraiment pas un monstre féroce.


Qui est votre superhéros préféré?


Je n’en ai pas vraiment.


Vous pouvez choisir quelqu’un qui existe en vrai.


Nick Cave.


Si vous pouviez vivre une journée dans le corps de quelqu’un d’autre, qui choisiriez-vous?


Voyons… Georges Bush… pour voir le monde par ses yeux. Ce serait effrayant et traumatisant. Il est sûr que je ne serais plus la même personne après cette expérience.


Nouveau message