fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations



Une partie seulement de la vie s’apprend dans les livres, le reste, sur le tas. Ce « United Colours of Trouble Books », imaginé par Keith et Linda, deux bibliothécaires habitant l’Ohio, est un recueil de chansons lumineuses parties d’un petit rien pour devenir exactement ce qu’elles devaient être, mélodie mélancolique ou digression noisy pop. La magie du quotidien où tout arrive au bon moment, la poésie pour améliorer l’ordinaire, fait de lectures, de couture et de bricolage. Les photos prises lors de la récente tournée européenne résument bien Trouble Books en images. On y voit des verrières, des maisons plus ou moins délabrées, et des jeunes gens un peu flous et souriants.


www.barkandhiss.com


Trouble Books sur myspace


www.ownrecords.com


traduction en français ci-dessous.



Your label in Akron is called Bark and Hiss, but Strelka is a song about a dog. Are you cat people or dog people?


Linda : Cat people.

Keith : We have two cats. There’s something romantic about dogs because they take more effort. Cats are easy. We love our cats. We just got an email right before we played that made us really happy.

Linda :  I have a very demanding little cat that I nursed at home. She was the runt of the litter. The friend that is watching her right now just emailed me and said she was the best cat ever. She said that she’s been throwing up. She gets very nervous when things change and she runs around the house.

Keith : It made us happy before we played the show to hear about the cat.

Linda : Yes ’cause they’re bonding.




Is it the first time you’re going on a tour like this one?


Linda : Overseas, yes. This tour is a litte close to home because we have our one friend who lives in Madrid.

Keith : Him and his fiancée are both there. It feels like home, they’re going to play with us on all our Spanish shows.




When does your interest in music date back to?


Keith : We never listened to pop music in the house, just church music, German hymns. But I got into pop music when I was in high school.

Linda : I listened to pop music in high school, things like REM.




What was it like being a teenager in Akron?


Linda : I was in Cleveland.

Keith : We were both in cities close to there though… There’s no public events or public space you really go to, so you just hang out in your friends’ basements or backyards. There’s a lot of space, everybody has got a big yard. Not like here where you’ll see a bunch of kids hanging out in a square. In the States you have to drive everywhere so you become friends with your neighbours.

Linda : More private little groups. I think I was never in any group, you (Keith) were more popular than me.




It isn’t exactly like that here, groups of popular kids and not popular kids…


Keith : (laughs) You’ve got to catch up on that. It’s so much fun playing those games, capitalism within social relationships.




What does Trouble Books mean?


Keith : I would have thought about the name more if I’d known we’d be doing it four years later and that we would play shows in Europe. We both work in libraries and the older ladies would call certain books « the trouble books ». I liked the assonance and alliteration. My friend and I at the time decided we were going to play a show so we randomly picked up that name and then we kept playing more and more shows…




There’s a house on the poster of the show tonight, and there’s a house on the cover of the record. What sort of houses are they?


Keith : Black Forest houses in Germany have that kind of architecture. They’re like barns and houses combined. They look just like they grew out of the ground, like a more dramatic version of the house that we used to live in when we recorded the album, where our friends lived with us. It’s really organic-looking and we just thought the music was going to be great indoors.




On the “bark and hiss” site, there are pictures of dresses that you made, Linda.


Linda : Not so much anymore. I’m retired from making anything clothing-wise for anybody else. I make stuffed monsters. I like to make fun things. It’s too hard to make something for somebody else and make it right for them.




When you say « I » in your songs, who is this ‘I’? Is it always the same person?


Keith : It’s different characters, rarely is it literally me or when Linda is singing rarely is it literaly her. Older stuff, they were fictional stories. My bachelor’s degree is in creative writing. But more recently I’ve been trying to write more autobiographical songs. It’s harder in a way to make it not be really cheesy. It’s a challenge to write about me or about Linda and have it not come across poorly. I don’t know if i’m succeeding or not.

Linda : I think it’s easier to be more general and have a more universal idea if you back off of your personal life and make it something you can relate to. When you make it too specific you get into the details and it gets boring.

Keith : The newer stuff, Endless Pool is totally autobiographical, Hedgehog is, The Shaky Science is really real. The song about the space heater, I sing it like ‘I’ but it’s actually about Linda. She always leaves the heater on in our appartment and I always get mad.




In “On and on submerged ark”, you talk about Commander « Mush » Morton. I looked it up on Wikipedia. How did you come across his name?


Keith : Did you find it? I love doing research for songs. That’s so much fun. I was looking for everyday life things that people do on submarines. They play cribbage. I found this photo of a submarine crew holding cribbage board. It’s pretty classic, it’s almost like a race track. I think it’s British, a combination of card game and board game. It’s legendary that « Mush » Morton got a perfect score.




Any characters in books or movies that inspired you?


Keith : There’s an old song of ours, a fable about a couple that was very generous and turned into oak trees intertwined. I think the original story is called The Miraculous Pitcher. So this couple lives outside of a town where people are really mean to travellers. Some travellers come through, the town people are really mean but this old couple is very nice, so the travellers drown everyone in the town by creating a lake there instead but…

Linda : They’re like magical.

Keith : But they turn this old couple into trees intertwined and their house always has travellers who go there and find bread.

And then more contemporary things. Poetry, prose poetry. Amy Gerstler. Her poems are really like whimsical very short stories. I keep wanting to find her address and sending her a copie of a cd of ours and say thanks.

Linda : She is really great. And Russell Edson, a poet that we watched on YouTube. He’s awesome too.

Keith : That’s where the « personal tornadoes » term comes from. Sometimes I just take a term and turn it into a little thing.

The guitar part is our friend Mike. I wrote the melody on an airplane a couple of years ago. He was playing his guitar and I thought : that melody works with this thing I wrote. He does music under the name talons‘. He plays on our record, we play on his. Own is going to release his record so we’re really excited.




What’s your favourite happy record?


Linda : In an energetic way I’d say the new Animal Collective. Would you?

Keith : It’s good. I think that Bonnie Prince Billy’s Ease Down the Road is really happy. That’s sort of goofy in a way.

Linda : That’s a more peaceful happy record. I’ve always liked Stereolab. I know it can get maybe repetitive in a way. It’s repetitive but it wanders. That’s more just a content peaceful record.




There’s no happy ending in your songs but you go on no matter what…


Keith : It’s sort of weird. When I was writing them, some of them seemed too happy. In the Pelican Street Sweeper song, « Pelican » is a brand of street sweeper machines. You can see it when you’re going home from the bar. When you’re drunk it’s like an angel, it’s so magical (laughs). But originally my idea for the song was : this guy was remembering, he was no longer with his wife and child. He was driving by their place. It was the time when things were getting bad in the country economically. I didn’t want to sing this like that so I just turned it around and kept them together. That’s one thing about fiction, you can fix a relationship.




Can you describe each other in three words?


Linda : You go first.

Keith : Linda is positive nervous energy.

Linda : Thanks. I would emphasize nervous.

Keith : But positive.

Linda : Thanks. This is hard. Well I think that Keith is … I can’t think of a good word for when you draw the best out of somebody. Not quite like a catalyst. I’ll  say encouraging, headstrong and always surprising. Four words.




If you could spend one day in somebody else’s shoes?


Linda : Just for their shoes? (laughs)


I don’t think I would. I think I would just stay in my own shoes.

Keith : It could be interesting to spend a day in somebody else’s shoes from a distant time period, somebody inconsequential. I wouldn’t feel stressed out about fucking everything up. I’d like to see how things were rather than only read about it. I don’t really know who. Sometimes I really like the idea of being able to see you (Linda) when you were a kid but from a distance.

Linda : I think the tendency is to pick someone famous but then you don’t get a good idea of who they are once they’re famous, you know. It’s better to pick somebody who you could see a real untouched version of their lives.

Keith : Yeah, somebody that’s active in something. And I’ll go with Eva Braun. (laughs)




If somebody told you they could invent or build something new for you, what would you ask for?


Keith : Something that just fixes my equipment when it breaks. Indestructible music equipment. That’s my problem of the day.

Linda : I don’t know. I want to answer this like you ask me about superpowers right now. Maybe the occasional ability to be able to read people’s minds. A mind reader, every once in a while, not all the time.




Who’s your favourite monster?


Keith : Phil Spector.

Linda : What’s his name from Lost. Ben. He’s very creepy, he’s crazy and amazingly fascinating. Now in the last season even Ben is getting vulnerable.




Who’s your favourite super hero?


Keith : Tintin or his dog.

Linda : I like Spiderman a lot.




What have you learned today?


Keith : We learned a lot about Luxembourg. It’s weird to learn that in a place so pretty, a lay out in the buildings can even exist. Our city planing and our architecture in the US is really bad. Certain cities are nice but the majority of them are really ugly. Here, you can have a core city, you can add buildings and houses, develop an area and it still looks really nice. It is like a fantasy for us in these slightly urban deserts at home. It’s something that I can’t be used to. It’s encouraging and a disappointment at the same time.




Do you have a silly joke or a play on words to share with me?


Keith : We do this stuff all the time actually. We were messing around just the last couple of days, we’ve been calling ducks « baby peacocks » for some reason.

Linda : We were in a park in Madrid. There were peacocks and all these tourists would walk by. Our friend Mike lives there so he’d seen them plenty of times before. The peacocks went up a tree and everybody approached like they were going to pull out a feather, you know, it was a little too much. And then these little ducks went by and Mike said « oh some baby peacocks » so we went after them.

Keith : It’s not necessarily a pun but that’s our favourite thing to think about recently.





La même chose, in French.



Votre label à Akron s’appelle Bark and hiss (aboyer et cracher comme un chat en colère) mais votre chanson Strelka parle d’un chien. Êtes-vous plus fans des chiens ou des chats ?


Linda : Fans des chats.

Keith : Nous avons deux chats. Il y a quelque chose de plus romantique à s’occuper d’un chien car il demande plus d’efforts. Les chats sont faciles. Nous adorons nos chats. Nous avons reçu un email qui nous a fait vraiment plaisir juste avant de jouer.

Linda : Je m’occupe d’un petit chat qui a besoin de beaucoup d’attention à la maison, le plus faible de la portée. L’amie qui s’en occupe m’a dit que c’était la meilleure des chattes. Elle me dit que la petite a vomi. Elle devient très nerveuse quand il a du changement, et elle court partout dans la maison.

Keith : Ça nous a rendu heureux avant de jouer.

Linda : Oui, parce qu’elles tissent des liens.




Est-ce votre première tournée ?


Linda : Sur un autre continent, oui. Mais nous nous sentons proches de la maison parce que nous avons un ami qui vit à Madrid.

Keith : Il y est avec sa fiancée. On y sera comme à la maison, ils joueront avec nous sur toutes nos dates en Espagne.




De quand date votre intérêt pour la musique?


Keith : Nous n’écoutions jamais de musique quand j’étais petit, seulement des chants religieux. Mais je me suis mis à la pop au lycée.

Linda : J’écoutais de la pop au lycée, REM entre autres.




Être un ado à Akron, c’était comment?


Linda : J’étais à Cleveland.

Keith : Nous étions tous les deux dans des villes proches de là-bas… Il n’y a pas d’occasion de sortir, ni de lieu où se retrouver, alors on passe du temps avec ses copains, dans leur sous-sol ou à l’arrière de la maison. Il y a beaucoup d’espace, tout le monde a un grand jardin. Pas comme ici où on peut voir un groupe de jeune dans un square. Aux États Unis, il faut toujours conduire alors on devient copains avec les enfants du voisinage.

Linda : Ce sont des petits groupes plus fermés. Je n’appartenais à aucun groupe. Keith était plus populaire.




Ici ce n’est pas pareil, pas de groupes de jeunes « populaires » et de jeunes moins populaires.


Keith : (rires) Il faut vous mettre à la page. Le capitalisme appliqué aux relations sociales, c’est tellement drôle comme jeu.




Que signifie « Trouble Books » ?


Keith : J’aurais plus réfléchi au nom si j’avais su que nous existerions toujours après 4 ans et que nous jouerions en Europe. Nous travaillons tous les deux dans des librairies et les vieilles dames appellent certains livres « les livres à problème ». J’aimais l’assonance et l’allitération. Nous avons décidé de donner un concert et nous avons choisi ce nom sans raison particulière, puis nous avons donné de plus en plus de concerts.




Il y a une maison sur l’affiche du poster du concert de ce soir, il y a une maison sur la pochette du disque.


Keith : Les maisons de la Forêt Noire en Allemagne sont dans ce genre, une étable et une maison d’habitation combinées. On dirait qu’elles sont simplement sorties du sol. C’est une version plus « théâtrale » de la maison que nous habitions lorsque nous avons enregistré l’album, où nos amis vivaient avec nous. Elle a l’air « organique » et nous pensions simplement que la musique sonnerait bien dedans.




Sur le site “bark and hiss”, il y a des photos des robes que tu fais, Linda.


Linda : Plus maintenant. J’ai arrêté de faire des vêtements pour les autres. Je fais des monstres en peluche. J’aime faire des trucs drôles. C’est trop difficile de faire quelque chose pour quelqu’un, qui corresponde vraiment à ce qu’il veut.




Quand vous dites « je » dans une chanson, qui est « je » ? Est-ce toujours la même personne ?


Keith : Ce sont différents personnages, rarement tout à fait moi, rarement tout à fait Linda quand elle chante. Les chansons plus anciennes étaient de la fiction. J’ai un diplôme en écriture créative. Mais plus récemment j’ai essayé d’écrire des chansons plus autobiographiques. En un sens c’est plus difficile de ne pas être trop « cliché ». C’est un défi pour moi d’écrire sur moi ou Linda quelque chose qui rende bien. Je ne sais pas si j’y arrive ou pas.

Linda : Je pense qu’il est plus facile de rester général et de s’en tenir à des idées universelles en s’éloignant de sa vie personnelle pour en faire quelque chose que tout le monde peut comprendre. Quand on est trop spécifique, on entre dans les détails et ça devient ennuyeux.

Keith : Les titres plus récents, Endless Pool, Hedgehog, sont totalement autobiographiques. The Shaky Science est arrivé pour de vrai. Dans la chanson sur le radiateur mobile, je dis « je » mais il s’agit en fait de Linda. Elle laisse toujours le chauffage allumé dans notre appartement et ça m’énerve.




Dans « On And On Submerged Ark » vous parlez du commandant « Mush » Morton. J’ai cherché sur Wikipedia. Comment avez-vous croisé son nom?


Keith : Tu l’as trouvé? J’adore faire des recherches pour les chansons. Ça m’amuse énormément. Je cherchais ce que les gens faisaient pour s’occuper au quotidien dans les sous-marins. Ils jouent au Cribbage. J’ai trouvé cette photo d’un équipage devant un plateau de jeu de Cribbage. C’est un jeu classique, britannique je crois, un mélange de jeu de cartes et de plateau. Mush Morton est entré dans la légende en gagnant une partie parfaite.




Quels sont les personnages de livres ou de films qui vous ont inspirés?


Keith : Une de nos vieilles chansons est une fable sur un couple qui était très généreux et a été transformé en 2 chênes enlacés. Je crois que l’histoire originale s’appelle « The Miraculous Pitcher ». Ce couple vit à l’écart d’une ville où les gens traitent mal les voyageurs. Des voyageurs arrivent, les gens de la ville se comportent mal mais ce vieux couple est très gentil, alors les voyageurs noient tout le monde, la ville devient un lac mais.

Linda : Ils sont magiques.

Keith : Mais ils transforment ce vieux couple en deux arbres enlacés, les voyageurs continuent à aller chez eux et trouvent toujours du pain dans la maison. Et puis des choses plus contemporaines. De la poésie, de la poésie en prose. Amy Gerstler. Ses poèmes sont comme des nouvelles très fantaisistes. Ça fait longtemps que j’essaie de trouver son adresse pour lui envoyer un de nos cds et lui dire merci.

Linda : Elle est vraiment géniale. Et Russel Edson, un poète qu’on a regardé sur Youtube. Il est incroyable aussi.

Keith : Le terme « personal tornadoes » (tornades personnelles) vient de lui. Parfois je prends un terme et j’en fais un petit quelque chose.

Notre ami Mike joue de la guitare dessus. J’ai écrit la mélodie dans un avion il y a 2 ans. Il jouait et j’ai pensé : cette mélodie marche avec ce que j’ai écrit. Mike fait de la musique sous le nom de talons’. Il joue sur notre disque, et nous sur le sien. Own va sortir son album, on est très impatient.




Quelle disque vous rend joyeux?


Linda : Pour l’énergie, je dirais le nouveau Animal Collective (en 2009, Merriweather Post Pavilion). Et toi?

Keith : Il est bien. Ease Down the Road de Bonnie Prince Billy est un disque qui rend vraiment heureux. Dans le genre loufoque.

Linda : C’est plutôt un disque heureux et paisible. J’ai toujours aimé Stereolab. C’est parfois répétitif mais c’est plein de méandres. C’est plutôt un bonheur paisible.




Les histoires dans vos chansons ne se terminent pas bien mais on continue malgré tout…


Keith : C’est assez bizarre. Quand j’écrivais, certaines semblaient trop joyeuses. Dans Pelican Street Sweeper, « Pelican » est une marque de machine nettoyeuses de rues. On les voit sur le chemin du retour en sortant des bars. Quand on est saoul c’est comme un ange, c’est magique (rires). Mais à l’origine mon idée pour la chanson était la suivante : ce type se rappelait des souvenirs, il n’était plus avec femme et enfant. Il roulait près de chez eux. A cette époque l’économie commençait à aller mal. Je ne voulais pas chanter cette chanson comme ça alors j’ai changé l’histoire et je les ai laissés ensemble. C’est l’avantage avec la fiction, on peut arranger les histoires d’amour.




Pouvez-vous décrire l’autre en 3 mots?


Linda : Toi d’abord.

Keith : Linda est une énergie nerveuse positive.

Linda : Merci. J’insiste sur « nerveuse ».

Keith : Mais positive.

Linda : Merci. C’est difficile. Je pense que Keith est … Quel est le bon mot quand on révèle le meilleur chez quelqu’un? Pas exactement un catalyseur. Je dirais encourageant, obstiné et toujours surprenant. Quatre mots.




Si vous pouviez passer un jour dans la peau de quelqu’un d’autre?


Linda : Je ne pense pas que je changerais. Je resterais qui je suis.

Keith : Ce serait intéressant de passer une journée dans la peau de quelqu’un à une autre période. Quelqu’un sans importance, pour ne pas avoir peur de provoquer des catastrophes. J’aimerais voir comment les choses se passaient plutôt que me contenter de me documenter en lisant. Je ne sais pas vraiment qui. Parfois j’aime bien l’idée d’être capable de te voir, Linda, quand tu étais enfant, à distance.

Linda : Je pense que les gens ont tendance à choisir quelqu’un de célèbre mais une fois que quelqu’un est célèbre difficile de voir qui il est réellement. C’est mieux de choisir quelqu’un et de pouvoir voir une version intacte de leur vie.

Keith : Oui, quelqu’un d’actif. Allez, je vais choisir Eva Braun (rires).




Si quelqu’un vous proposait d’inventer quelque chose de nouveau juste pour vous, que demanderiez-vous?


Keith : Quelque chose qui répare son matériel quand il ne marche plus. Un équipement musical indestructible. Voilà pour mon problème du jour.

Linda : Je ne sais pas. J’aimerais répondre à cette question comme s’il s’agissait de superpouvoirs. Peut-être la capacité occasionnelle de pouvoir lire dans l’esprit des gens. Un truc pour lire les esprits, une fois de temps en temps, pas tout le temps.




Qui est votre monstre préféré?


Keith : Phil Spector.

Linda : Ce personnage de Lost. Ben. Il est flippant, il est cinglé et totalement fascinant. Et à présent, dans la dernière saison, Ben devient vulnérable.




Qui est votre super héros préféré?


Keith : Tintin ou son chien.

Linda : J’aime beaucoup Spiderman.




Qu’avez-vous appris aujourd’hui?


Keith : On a beaucoup appris sur le Luxembourg. C’est bizarre de voir que dans un endroit si joli, l’agencement des bâtiments est planifié. L’aménagement urbain et l’architecture aux USA sont vraiment mauvais. Certaines villes sont jolies mais la majorité sont vraiment moches. Ici, on peut avoir un centre ville, ajouter des bâtiments et des maisons, développer un quartier et le résultat sera toujours joli. Ça fait rêver, vu des presque déserts urbains qui existent chez nous. Je n’arrive pas à m’y habituer. C’est encourageant et décourageant en même temps.




Pour finir, avez-vous un jeu de mot idiot à partager?


Keith : On en fait tout le temps, en fait. On s’est bien amusé, l’autre jour, on appelait les canards des « bébés paons ».

Linda : Nous étions dans un parc à Madrid. Il y avait des paons et des touristes qui se promenaient. Notre ami Mike vit là-bas et il les avait vus plusieurs fois auparavant. Les paons sont montés sur un arbre et tout le monde s’est approché comme s’ils voulaient leur arracher des plumes. C’était un peu excessif. Et ensuite des petits canards sont passés et Mike a dit « oh, des bébés paons » et nous les avons commencé à les suivre.

Keith : Ce n’est pas nécessairement un jeu de mot mais c’est ce qui nous a le plus plu récemment.


Nouveau message