fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations

Plusieurs fois par an, le dernier dimanche du mois, Own Records invite des artistes au Centre Pompidou Metz pour une série de concerts intitulée « Introspective ». Les prochains seront Federico Durand et Tomoyoshi Date, le 29 avril. Ils composent et enregistrent des disques d’ambient rêveuse et contemplative, l’un en Argentine, l’autre au Japon, et vont se rencontrer « dans la vraie vie » sur le continent européen, juste avant le premier concert de leur mini tournée.




Dans la vie, Federico est enseignant, Tomoyoshi est médecin. Ils portent une attention très particulière au monde qui les entoure. Leurs derniers albums, «El éxtasis de las flores pequeñas » et « Otoha » illustrent musicalement les instants où on se sent vivre plus fort, confronté aux mystères du monde, précieux moments qui arrivent sans crier gare et nous révèlent à nous-mêmes. Avec finesse et discrétion, ils invitent à être attentifs, font le pari de trouver la vérité dans les détails.



Dans l’interview par mail ci-dessous, il est question de la place de la musique dans la vie, de rappeler que la médecine est un art et une science, de musiciens et d’auteurs des quatre coins du monde. Un partage d’idées, de lectures, de disques, la poésie de John Keats en ligne directrice, « a thing of beauty is a joy forever ».



Une version française est disponible en bas de la page.









What are your first musical memories as a child or a teenager ?



Federico Durand : My earliest memories go back to the house of my grandparents. Those days of light and shadow. The beautiful garden, the clay road, the world of fruit trees with its orange groves and pine trees that sheltered families of birds. I used to have a small toy guitar which I played as if it was a violin. My grandmother had built a drum with tin pots and cookie jar lids for me. I also remember the Winco turntable tray and vinyl records. Like all children, I later experimented with the possibilities of tape recordings. Somehow, the experience of that time was decisive in my life, in my music. When I was six I made a trip to the Southern forests (in Argentina) with my grandparents. This was an initiatory journey, a real epiphany.



Tomoyoshi Date : In my childhood, I was dreaming to become professional baseball player, so I hated music class because my grand father was professional. But in high school, after I gave up the dream, I adored The Beatles and Rock-a-Billy. My 1st vinyl is Eddie Cochran.


I started a band with my friend, we sounded like the Beatles. And then I was inspired by the Stone Roses, Mouse on Mars and Stereo Lab.





How did you learn music ?



F : I don’t have any formal training, but I can play instruments. My approach to the instruments is intuitive. I studied literature and teach it at secondary schools. I have always played musical instruments. Being near beautiful musical instruments makes me happy. I think that the most important thing, not only in music but in art in general, is to have a vision and be faithful to it, to that offering.



T : When I worked part-time delivering newspapers, there was a specialist of Kaoru Abe (Japanese Free Jazz Musician) at the place. He gave me a lot of Jazz Music. So I learned the beauty of sound from free jazz.





Your bio says you’re a doctor, how much time do you have to listen to or compose music ? When is your favourite time to do so ?



T : I hope to become a palliative care doctor in the end. But I thought I had better learn emergency medicine when I was young. So I learned emergency medicine the first 5 years after becoming a doctor. When it was busiest, I could go back home only 5 or 6 days in


a month. Then I couldn’t play music enough. But recently I’m researching about immunology and oriental medicine. And I can go back home more than 3 days in a week. So now I can play music. When I’m home, I play and record music. And when I go outside, I always bring the data with laptop and i-pod, and consider the composition or edit the sound while my walking or over-night duty.





What do you do when you don’t play music ? What do you like doing in your free time ?



F : I enjoy reading, going to school, walking and listening to music. I like getting letters and exchanging books and records. I like beautiful textured paper. I really enjoy drinking tea, coffee.



T : Photography and writing.





How important is music in your life ?



F : Music is light. I could say it is a universal language, but in fact it is more than that. It is the purest poetic form. Sometimes music is like a mirror that shows and at the same time, hides the sense of things. It is, as a poem, a delight. In the words of John Keats in one of his most beautiful poems ”A thing of Beauty is a Joy for Ever.”



T : Of course, it’s one of most important for my life. I don’t separate medicine and music. Somebody says “why do you play music since you’re a doctor”. Then I want to ask him “why do you research medicine ?”. Art is one of the method to reach truth. Music is the way to learn the system of this world. Actually my music experiment is really related to my job.


For example, I’ve learned the rhythm of talking with my patient. In the conversation between patient and doctor, the composition is very similar to music. How should I instil my passion into the conversation ? or How should I make my mind open to listener ? I’m interested in the relationship between music and skin or bone. As compared with other arts, music contacts to the whole body. At a science field reproducibility is important. Then the power of arts depends on an individual’s own memories. So we can’t proof the power. But music of all ages and countries has a dance or motions taking a rhythm. I think those make their immunological systems effective. Actually there is a γδTcell which connect between skin and bone. Moreover with oriental medicine, the skin or the surface of our body are most important places. And it’s a place where we have a lot of innate immunity which don’t have a memory.





What record do you regularly listen to? What records make you happy?



F : One of my favorite albums is “On Beauty Reminiscing” of Vikki Jackman. It’s like looking through a steamy mirror. Since I was a teenager, I’ve listened to “Four Calendar Cafe” by Cocteau Twins. That world of beautiful melodies. Last year I discovered the music of Reet Hendrickson. She released a single record called “Reet” which she had recorded in 1969 during her adolescence using her guitar and her voice. Those are folk songs from Estonia: music of the seasons, of the sorrows and joys of farmers, nursery rhymes, melodies of the forest. I am also listening to Suma Paz a lot. She is a folk singer from my land. A friend defined her music as “brave poetry”. I like Japanese contemporary music, the artists of the labels Own Records, Spekk, Home Normal, Hibernate, 12k, Flau and many more.


Federico, what are your favourite books ?



F : Books are an important part of my life. I love the poetry of John Keats, especially his Odes and Sonnets. I also enjoy the poetry of dark and iridescent gardens of Marosa Di Giorgio. I like essays on mythology and religion of Walter Otto and Martin Heidegger’s last texts. My favorite poet is Georg Trakl, some argue that his poetry is dark, but for me it comes from a place full of light, a sacred place. Also, I like the poems of Juan L. Ortiz, an Argentine poet who lived all his life by the Gualeguay river. Now, I’m reading ”The Golden Bough” of James George Frazer with pleasure and admiration.





How important is childhood ? (the biography talks about « a mystical trip towards the garden of childhood ») Are you nostalgic or is it something else?



F : There is a star that has been with me since I was a child.


Do you still live in Argentina? Do you travel a lot?



F : I live in Buenos Aires with Lucia. I like travelling. I love to take up the light, the sound and the landscape of the places I visit.





We can hear some « field recordings » on « El éxtasis de las flores pequeñas » and on « Otoha ». What are they and where do they come from?



F : Almost all the recordings come from a small mountainous village called La Serranita. There lives my mother, in a cabin on a hill. When I go to visit her, I go with my recorder and register the sounds of the place: the claim of the birds, the crickets, the crunch of footsteps on the stone path. Some recordings were made ​​at the school where I work, sometimes in my house. I like to think that sounds can tell a story or, even better, they can help the listener to live again  or remember past experiences that seemed forgotten .What it is very interesting is the evocative power of music during the hours of siesta. The word “duermevela” (light sleep) means the state of extreme clarity when we are not asleep, nor awake. My album “La siesta del ciprés” (Spekk) is oriented towards this kind of listening.



T : Otoha is honeymoon baby. And ours was Oia of Santorini Island, Greece. So the recordings are from there.






Tomoyoshi, I think you were born in Brazil. Do you still go there sometimes ? Do you travel a lot ?



T : No ! I hope I will ! So I’ll ask Federico for a Brazilian Tour someday !!!


I think history is very important for my personality and music. Sometimes by myself I’m confused between my two personalities which comes from Brazil and Japan.





« Otoha » is your daughter’s name. What’s she like now ? Did the record come out just after she was born ?



T : Very funny ! and unfortunately she is same as me…


No. I recorded the piano the night when we knew she was in my wife.


And the album was completed the day before her birthday including mastering.


But I was annoyed to choose which song to include and the design of the jacketmore than for one year…





Just how special was this time when you were expecting a baby and anxious to meet for the first time ?



T : To tell the truth, I was not so surprised. Because I may be a doctor and have seen some births at the hospital. And I was concentrated to record the scene on video, field recorder and photo. I was an artist more than father or doctor…


But the video was perfect. I hope to tell my daughter the fact she was born in such a mystery as soon as possible when she can understand.





How has life been since then ?



T : First of all, I’ve started to read books. Before she was born, I didn’t read books so much. But after I knew she was coming, I’ve read some books. For example, Rudolf Steiner, Jiddu Krishnamurti, G.I. Gurdjieff or some Japanese philosophers.








Since you’re going to play in Metz the same day, what do you have in common and what are the main difference between your records ?



F : It’s a great honor to play with Tomoyoshi Date. I am a fan of his music and his projects Opitope (with Chihei Hatakeyama) and Illuha (along with Corey Fuller). I feel a deep empathy for his music which I’ve enjoyed  since Nao Sugimoto, label manager and founder of the label Spekk, gave me the album “Hau”. I don’t know which are the differences and similarities between our records. His music is very beautiful, narrative, very visual. In addition, Tomoyoshi is a great pianist and has a very delicate sense of melody. It is a pleasure to be his friend. We ‘ll meet each other “in real life” in Switzerland, a few hours before making our first show together : this is very exciting.




T : No, I’ve never played with him. It’s my most important purpose to play music with him. I can’t wait.





What’s your favourite place on earth ?



F : I like water lily ponds, streams and forests. I like the working class districts of Buenos Aires. I like tea houses, botanical gardens. The house I share with Lucia, our home.



T : It was Fukushima. Because I love ≪ onsen ≫, hot spa.


I lived half a year in Fukushima. I’ve been to most of the onsen in Fukushima.


Fukushima is one of the places where there are the most onsens. And Fukushima’s onsens are really attractive and unique. I think they’re the best in the world. So I was disappointed so much after the meltdown in March 2011.


I have a lot of places which I hope to show my daughter and friends. Fukushima is really beautiful.





If someone offered to invent and build something especially for you, what would you ask for ?



F : A small wooden musical instrument. Something similar and yet different from a music box. With warm, caressing sound, almost like a trickle. The concert I am preparing for the European tour has to do with it.



T : A holistic medical place, a medical clinic with music and Yoga space, organic restaurant and art gallery. It’s my dream.




Is there anything you don’t know yet, but would like to learn ?



T : Ayurvedic medicine (an ancient medical treatise summarizing the Hindu art of healing and prolonging life). One of the world’s three major medicines.





If you could spend one day in somebody else’s shoes, who would it be ?



T : Jean-Luc Godard.





What have you learned today / recently?



F : I’ve just read in ”The Golden Bough” that during the first days of May, in the villages of Corfu,  the boys carry small cypresses tied with ribbons, flowers and fruits of the season and they sing songs. In return they receive a glass of wine in each house. The girls take bouquets and one of them, the chosen one, wears golden angel wings and spreads white petals.



T : Oriental and western medicine, science and art.




Merci à Hélio et Valentin.



ownrecords.bandcamp.com/album/otoha


ownrecords.bandcamp.com/album/el-xtasis-de-las-flores-peque-as


www.federicodurand.blogspot.fr/








Version française :





Quels sont vos premiers souvenirs musicaux ?



Federico Durand : Mes premiers souvenirs me ramènent à la maison de mes grands-parents. Ces jours de lumière et d’ombre. Le beau jardin, le chemin de terre, un monde d’arbres fruitiers avec des orangeraies et des pins qui protégeaient des familles d’oiseaux. Autrefois j’avais une petite guitare jouet dont je jouais comme si c’était un violon. Ma grand-mère avait fabriqué une batterie avec des boites de conserve et des couvercles de boites à cookies pour moi. Je me souviens aussi d’un tourne disque Winco et de disques vinyles. Comme tous les enfants j’ai expérimenté plus tard ce qu’on pouvait faire avec un enregistreur à bandes magnétiques. En un sens, cette période a été décisive dans ma vie, dans ma musique. A six ans j’ai fait un voyage dans les forêts au sud de l’Argentine avec mes grands-parents. Ce fut un voyage initiatique, une réelle épiphanie.



Tomoyoshi Date : Dans mon enfance je rêvais de devenir joueur de baseball professionnel, donc je détestais les cours de musique. Mon grand-père était professionnel. Au lycée après avoir abandonné ce rêve, j’ai adoré les Beatles et le rockabilly. Mon premier vinyl était un disque d’Eddie Cochran. J’ai monté un groupe dans le style des Beatles. Ensuite j’ai été inspiré par les Stone Roses, Mouse on Mars et Stereo Lab.





Comment avez-vous appris la musique ?



F : Je n’ai aucune formation formelle, mais je sais jouer de plusieurs instruments. J’ai une approche intuitive. J’ai étudié la littérature et j’enseigne au lycée. J’ai toujours joué des instruments de musique. Etre près de beaux instruments me rend heureux. Je pense que la chose la plus importante, pas seulement en musique mais dans les arts en général, est d’avoir une vision et de rester fidèle à ce qui nous est offert.



T : J’ai travaillé un peu comme distributeur de journaux et j’ai rencontré un spécialiste de Kaoru Abe, un musicien de free jazz japonais. Il m’a donné beaucoup de disques de jazz. Le free jazz m’a appris la beauté du son.





Tomoyoshi, ta biographie dit que tu es médecin. As-tu beaucoup de temps pour composer et jouer?



T : J’espére devenir un médecin spécialiste en soins palliatifs. Mais j’ai pensé que je ferais mieux d’apprendre la médecine d’urgence tant que j’étais jeune, et je l’ai fait pendant cinq ans. Dans les périodes les plus chargées, je ne pouvais rentrer chez moi que cinq ou six jours par mois. Je n’avais pas assez le temps de jouer la musique.


Depuis que je fais de la recherche en immunologie et médecine orientale, je peux rentrer plus de trois jours par semaine, jouer et enregistrer de la musique. Quand je sors, je prends toujours mon portable et mon iPod, et réfléchis, compose ou édite des sons pendant que je marche ou pendant les gardes de nuit.





Que faites-vous quand vous ne faites pas de musique ?



F : J’aime lire, aller à l’école, marcher et écouter de la musique. J’aime recevoir des lettres, échanger des livres et des disques. J’aime la texture des beaux papiers. J’aime vraiment boire du thé, du café.



T : J’écris et je fais des photos.





Quelle importance a la musique dans votre vie ?



F : La musique est lumière. Je pourrais dire que c’est un language universel, mais en fait c’est plus que ça. C’est la forme poétique la plus pure. Parfois la musique est comme un miroir qui montre et en même temps, cache le sens des choses. C’est, comme un poème, délicieux. John Keats a dit dans l’un de ces plus beaux poèmes « Une chose de beauté est une joie pour toujours ».



T : Bien sûr c’est une des choses les plus importantes dans ma vie. Je ne sépare pas la médecine et la musique. Si quelqu’un me dit “pourquoi joues-tu de la musique alors que tu es médecin?” je lui demande “pourquoi faire de la recherche en médecine?”. L’art est un des moyens d’atteindre la vérité. La musique est le moyen de comprendre ce système qu’est le monde. Mon expérience musicale est véritablement reliée à mon métier.


Par exemple j’ai appris le rythme de la parole avec mes patients. Une conversation entre patient et médecin est comparable à l’écriture d’une partition musicale. Comment instaurer de la passion dans la conversation ? Comment s’ouvrir, être à l’écoute ? Je m’intéresse aux relations entre la musique et la peau ou les os. Comparée aux autres arts, la musique entre en contact avec le corps entier. Le pouvoir des arts dépend aussi des souvenirs personnels des individus. On ne peut pas prouver ce pouvoir. Mais à travers les âges et les pays la musique rythme des danses et des mouvements. Je pense qu’elle a un effet sur le système immunologique. Il existe une cellule γδT qui connecte la peau et les os. De plus en médecine orientale la peau, la surface de notre corps est très importante. C’est là que nous avons une immunité naturelle qui n’a pas de mémoire.





Quel disque écoutez-vous régulièrement?



F : Un de mes albums préférés est un disque de Vikki Jackman, “On Beauty Reminiscing”. Quand je l’écoute j’ai l’impression de regarder dans un miroir embué. Depuis l’adolescence, j’écoute “Four Calendar Cafe” des Cocteau Twins, un monde de mélodies magnifiques. L’année dernière j’ai découvert la musique de Reet Hendrickson. Elle a sorti un seul album, “Reet”, qu’elle a enregistré en 1969 quand elle était ado, simplement sa guitare et sa voix. Ce sont des folk songs d’Estonie: la musique des saisons, des joies et des peines des fermiers, des comptines pour enfants, des mélodies de la forêt. J’écoute aussi beaucoup Suma Paz. C’est une chanteuse folk de mon pays. Un ami dit que sa musique est d’”une poésie courageuse”. J’aime aussi la musique contemporaine japonaise, les artistes des labels Own Records, Spekk, Home Normal, Hibernate, 12k, Flau et beaucoup d’autres.


Federico, quels sont tes livres préférés ?



F : Les livres jouent un rôle important dans ma vie. J’adore les poèmes de John Keats, spécialement les Odes et les Sonnets. J’aime aussi la poésie des jardins sombres et iridescents de Marosa Di Giorgio. J’aime les essais sur la mythologie et la religion de Walter Otto et les derniers textes de Martin Heidegger. Mon poète préféré est Georg Trakl. Certains pensent que sa poésie est sombre, mais pour moi elle vient d’un lieu plein de lumière, un lieu sacré. J’aime aussi les poèmes de l’argentin Juan L. Ortiz qui a vécu toute sa vie près de la rivière Gualeguay. En ce moment, je lis “Le rameau d’or” de James George Frazer avec plaisir et admiration.








Quelle importance a l’enfance dans ta vie ? La biographie parle de « voyage mystique vers les jardins de l’enfance ». Est-ce de la nostalgie ou autre chose ?



F : Il existe une étoile qui m’accompagne depuis que je suis enfant.


Vis-tu toujours en Argentine ? Voyages-tu beaucoup ?



F : J’habite à Buenos Aires avec Lucia. J’aime voyager. J’aime absorber la lumière, le son et les paysages des endroits que je visite.





On entend des « field recordings » sur “Otoha” et sur “El éxtasis de las flores pequeñas”. D’où viennent-ils?



F : Presque tous les enregistrements viennent d’un petit village de montagne, La Serranita. C’est là que vit ma mère, dans un chalet sur une colline. Quand je vais la voir, j’enregistre les sons de cet endroit : l’appel des oiseaux, les criquets, les pierres qui craquent sous les pas. J’ai fait certains enregistrements à l’école où je travaille, certains chez moi. J’aime à penser que les sons peuvent raconter une histoire, ou même qu’ils peuvent aider l’auditeur à revivre ou à se remémorer des expériences passées qu’ils avaient oubliées.


Le pouvoir évocateur de la musique à l’heure de la sieste est très intéressant. Le mot “duermevela” (sommeil léger) désigne l’état d’extrême lucidité ressenti quand nous ne sommes ni endormis ni éveillés. Mon album “La siesta del ciprés” (Spekk) est fait pour ce genre d’écoute.



T : Otoha est un bébé de lune de miel. Nous avons passé la nôtre à Oia, sur l’île de Santorin, en Grèce. Les enregistrements viennent de là.







Tomoyoshi, ta biographie dit que tu es né au Brésil. Y vas-tu encore parfois?



Non, je n’y vais plus. Je vais demander à Federico d’organiser une tournée au Brésil un de ces jours !!! Je pense que mon histoire influence beaucoup ma personalité et ma musique. Parfois quand je suis seul je suis perdu entre mes deux personnalités, celle qui vient du Brésil et celle du Japon.





On y apprend aussi qu’“Otoha” est le prénom de ta fille. Comment est-elle maintenant? Le disque est-il sorti longtemps après sa naissance?



T : Très drôle ! Et malheureusement elle est comme moi…


J’ai enregistré le piano la nuit où j’ai appris son existence dans le ventre de ma femme. Et l’album a été fini le jour précédant sa naissance, mastering compris.


Mais j’ai eu du mal à choisir quelles chansons y mettre et comment agencer la pochette, j’ai mis plus d’un an.





Comment s’est passée cette période où tu attendais sa naissance?



T : Pour être honnête je n’ai pas été surpris. Peut-être parce que je suis médecin et ai vu des naissances à l’hopital. Je me suis concentré sur l’enregistrement du moment, en video, en field recording, en photo. J’étais plus un artiste qu’un père ou un médecin…


Mais la video est parfaite. J’espère pouvoir parler à ma fille du mystère de sa naissance aussi vite que possible, quand elle pourra comprendre.





Qu’est-ce qui a changé dans ta vie depuis?



T : D’abord, j’ai commencé à lire. Avant sa naissance, je ne lisais pas beaucoup. J’ai commencé quand j’ai su qu’elle allait arriver. J’ai lu par exemple Rudolf Steiner, Jiddu Krishnamurti, G.I. Gurdjiff ou des philosophes japonais.





Vous allez jouer en Europe dans quelques jours. Qu’avez-vous en commun? Quelles sont vos différences?



F : C’est un grand honneur de jouer avec Tomoyoshi Date. Je suis fan de sa musique et de ses projets Opitope (avec Chihei Hatakeyama) et Illuha (avec Corey Fuller). Je ressens une profonde empathie pour sa musique que j’aime depuis que Nao Sugimoto, le fondateur du label Spekk, m’a donné l’album “Hau”. Je ne sais pas quelles sont les diférences et les similitudes entre nos disques. Sa musique est très belle, narrative, très visuelle. De plus, Tomoyoshi est un très bon pianiste et a un sens très fin de la mélodie. C’est un plaisir d’être son ami. Nous nous rencontrerons “en vrai” en Suisse, quelques heures avant de donner notre premier concert ensemble. C’est très excitant.



T : Je n’ai jamais joué avec lui. C’est très important pour moi. J’ai vraiment hâte.





Quel sont vos endroits préférés sur terre ?



F : J’aime les étangs à nénuphars, les torrents et les forêts. J’aime les quartiers ouvriers de Buenos Aires. J’aime les maisons de thé, les jardins botaniques. La maison que je partage avec Lucia, notre foyer.



T : C’était Fukushima parce que j’aime les “onsen”, les installations de bains autour des sources thermales d’eau chaude.


J’ai vécu six mois à Fukushima et visité la plupart des onsens. Elles sont vraiment belles et uniques, à mon avis les meilleures du monde. J’ai été très déçu après la catastrophe de mars 2011.


Il y a beaucoup d’endroits que j’espère pouvoir montrer à ma famille et à mes amis. Fukushima est vraiment un très bel endroit.





Si quelqu’un vous proposait d’inventer et de construire quelque chose spécialement pour vous, que demanderiez-vous ?



F : Un petit instrument en bois. Un peu comme une boite à musique, mais différent. Avec un son chaud, caressant, qui s’écoulerait peu à peu. Je prépare pour la tournée européenne quelque chose dans ce genre.



T : Une maison médicale holistique, une clinique avec un espace pour la musique et le Yoga, un restaurant bio et une gallerie d’art. C’est mon rêve.





Qu’avez-vous appris récemment?



F : Je viens de lire dans « Le rameau d’or » que durant les premiers jours de mai, dans les Villages de Corfu, les garçons portent de petits cyprès attachés avec des rubans, des fleurs et des fruits de saison et ils chantent. En retour ils reçoivent un verre de vin dans chaque maison. Les filles prennent les bouquets et l’une d’elles, celle qui a été choisie, porte des ailes d’ange dorées et répand des pétales blancs.



T : La médecine orientale et occidentale, la science et l’art.


Nouveau message