fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations


Il arrive au détour d’un album de tomber par hasard sur une chanson d’apparence toute simple qui dessille les yeux, partage en peu de mots et en quelques notes un sentiment diffus, un univers entier.



Après Elliott Smith, Talons’, Iron and Wine, Sigur Ros, entre autres, Vio/Miré apporte une substantielle contribution à cette liste de « chansons pour toujours ».


Invité par Own Records pour le troisième concert de la série Introspective au Centre Pompidou Metz, l’américain Brendan Glasson a joué dans le grand hall balayé de courants d’air d’émouvantes folk songs parties d’une guitare ou d’un clavier, enluminées de sons venus d’ailleurs, fragments de bandes magnétiques, morceaux du passé dans la musique donnée en présent aux visiteurs du jour.



Doté d’une solide culture classique et d’un esprit d’aventure bien développé, il a arpenté le monde au sens propre et aime déchiffrer des musiques savantes, celles de Ligeti, Philip Glass ou Morton Feldman.


En nommant son projet Vio/Miré, Brendan Glasson souligne la différence entre voir et regarder, entendre et écouter, observer et comprendre et donne ci-après des réponses éclairantes à de (nombreuses) questions envoyées par mail.


Merci à Brendan d’avoir pris le temps de répondre en détail.


Merci à Own Records pour son impeccable programmation Introspective.

www.facebook.com/viomire









La traduction française se trouve après le texte en anglais.




Hi. What’s your name and where are you from ?


Hello. I am Brendan Glasson, from Providence RI.




Are you traveling on tour alone ? What was the most unexpected moment / best thing that’s happened to you during your trip ?


Well, I’ve just gotten home for a break before a 6 or 7 week US tour in September and October. I traveled alone on this last tour of Europe, yes. One really unexpected night on this tour took me to the home of a gentleman named Hugh J Noble in London. We have friends in common through music but have never met or even known of each other’s existences before. He offered me a bed and a shower in the open and remarkable way that people do to lonesome travelers. We met some friends of his out on the town and ended up singing karaoke in the gay bar in the middle of the night. I’m always amazed how people are so willing to offer hospitality and friendship to perfect strangers all around the world. It is something that I’ve come to love very much about music.




Is traveling and playing shows important for you ?


Traveling and doing performances makes the music that I write feel more real to me somehow. It is easy to get into a vacuum writing and recording to what sometimes feels like no one. It feels important to share things with other people, and to be there for the sharing.




You said your name comes from Spanish verbs for to see and to look.


Yes, from ver and mirar. But it is confusing linguistically. I think when I started calling my songs Vio/Miré it felt like a sort of private reminder or recognition of the difference between observation and understanding.




How did you learn music ?


Learn by doing. Trial by fire.




Did you play in other bands before starting Vio/Miré ? Did you write about music ? Organise shows ?


A thousand years ago I played in a band with Chris Ryan (Deer Tick) and Sean Lynch (Holy Sheet). That was the first band and we were kids. A lot of the groups I’ve played in have been pretty loose in terms of membership. Vio/Miré is like that too. I’ve played or currently play in projects with Liz Isenberg, Josh Carrigan, Scott Alario, Alex Somers, Chris Ryan, and Amil Byleckie. I haven’t been involved with music in a whole lot of ways outside of writing and performing.




What are the important records in your collections (or songs, or shows), the ones that changed your life somewhat ?


Graceland and Harvest are the keys that fit the lock. Charles Ives and György Ligeti and Morton Feldman and Philip Glass changed the way I think about music.




What record / music makes you happy ?


You’re a Strong One by Dandelion Fiction.




Any genre of music that you don’t know well yet but would like to listen to ?


I’ve been getting really into change ringing. This is where a number of individuals rings a series of bells in nonrepeating patterns. It is a really strange and mystical world. I’m trying to learn about that.




What instruments can you play ? What instrument would you like to learn ?


I usually play the guitar and keyboard instruments. I mostly play an old reed organ when I tour in the US. I mean it is nice to play anything.




Who listens to your songs first ?


Liz Isenberg and I send our songs to each other when we are working on them and when they are done. The cellist Emily Dix Thomas hears things. Sometimes you are excited about something and want someone to hear it or sometimes you are so deep into it that you completely lose perspective on if it is at all something that a person would want to listen to. It is good to have people that can help with that.




Which one of your songs are you most proud of ?


I always just like the newest one. I wrote a song called Dogs pretty recently that I think sounds really nice.




Why so many animals in the record ? There is a song called Foxes and a dog on the cover, and a line says « I’m as a snake under a stone » ?


“I am as a snake under a stone.” Like a nice protected hiding place. Humans are animals too. I write about animal behavior.




Who’s the « I » in your songs ?


“I” is no one in particular and it is me and it is other people in my life and it is everyone I’ve ever met. I guess I like the idea of the songs being a kind of one-to-one communication with whoever might listen to them.




What do you do when you don’t play music ?


I walk around a lot. I like looking at rivers.







How important is the place where you live ?


I live in Providence, Rhode Island, the city that I grew up in. It is a perfect place to come home to. I think it is important for me to live near the coast and near a city and near nature.




If you could live in somebody else’s shoes for a day, who would you be ?


Wow. I have no idea. Do I get to choose the day? Maybe I would walk on the moon in Buzz’s space boots. Maybe I would be Pavarotti and sing songs all day. Oh no it would be way better to be the Austrian baritone Vogl and be friends with Franz Schubert and go to his house and sing his songs with him.




If you could live in another time, another place, where and when would it be ?


This one is easy. The distant future. I’d love to be sitting right where I am sitting a thousand years in the future. Or, I mean, a hundred million years in the future. Really. I am obsessed with the future.




Someone offers to invent and make something especially for you. What do you ask for ?


I have a really good answer but I can’t say because I need someone to invent it for me and if I write it someone will steal my genius idea.




What did you learn today or recently ?


I learned recently that only 80 years ago we thought the Milky Way galaxy was the whole universe. That made me really excited to live in this century. I also just learned that if you put a pinch of salt in iced coffee it tastes better. That was surprising.




« Another way of looking at it » : This line is in « a snake » and gives its titles to the 4th song. Is it something you’ve learned from traveling ? Something you’ve always felt was true ?


There are lots of lines reused and referenced from song to song. It is a trick I learned from Marcel Duchamp to make a body of work more cohesive. “Maybe if I find another way of looking at it.” It is amazing to me how much an experience can change by your attitude and perspective. I’ve gone on tours where it is “oh my god. We have a fifteen hour drive through the desert and no place to sleep tonight and nothing to eat this is hell.” and other tours where it is “This is going to be the best! We’re going to stay up all night driving and hanging out and get tons of snacks from the gas station and listen to Einstein on the Beach in its entirety!”




Speaking of « Battles of man », what’s the most difficult battle you’ve had to fight ?


One time I went on a road trip from Rhode Island to Guatemala and got kidnapped and fought this really intense internal battle about what to do. We didn’t have any money so they let us go but for a while it looked like something bad was going to happen and I would have to make a life or death decision. That is a true story.




To finish with, please, do you have a favourite joke / play on words you’d like to share ? And what are your plans for summer ?


From the Moondog: “You remind me of someone that I know.” “Look closer and you will see that I am the one I remind you of.”


This summer I’m scoring a film and engineering a record for some friends and booking a tour. Ideally I will swim a lot too.







Quel est ton nom, d’où viens-tu ?


Bonjour, je suis Brendan Glasson, de Providence, Rhode Island.




Voyages-tu seul ? Qu’as-tu vécu de particulier au cours de cette tournée ?


Je viens de rentrer chez moi pour faire une pause avant une tournée de 6 ou 7 semaines aux Etats Unis en septembre et octobre. J’ai voyagé seul en Europe cette fois, oui. Une nuit, de façon inattendue, je me suis retrouvé chez un gentleman nommé Hugh J Noble à Londres. Nous avons des amis communs dans le monde de la musique mais ne nous étions jamais rencontré, nous ignorions mutuellement notre existence avant. Il m’a offert un lit et une douche, m’a accueilli comme un voyageur solitaire avec une incroyable simplicité. On a retrouvé ses amis en ville et avons fini par un karaoke dans un bar gay au milieu de la nuit. Je suis toujours étonné de voir qu’il y a tellement de gens prêts à offrir l’hospitalité et leur amitié à de parfaits inconnus aux quatre coins du monde. C’est un aspect de la musique que j’ai découvert et que j’aime énormément.




Est-ce qu’il est important de voyager et de donner des concerts pour toi ?


Les voyages et les spectacles rendent la musique que j’écris plus réelle pour moi, en un sens. C’est facile de s’isoler, écrire et enregistrer en pensant qu’on ne le fait pour personne. Ca me paraît important d’être présent et de partager des choses avec les gens.




Que signifie ton nom d’artiste ?


Des verbes espagnols pour « voir » et « regarder « ,ver et mirar. Mais c’est déroutant d’un point de vue linguistique. Quand j’ai commencé à appeler mes chansons Vio/Miré c’était un moyen de me rappeler ou de reconnaître la différence entre observer et comprendre.




Comment as-tu appris la musique ?


L’apprentissage par la pratique. L’épreuve du feu.


As-tu joué dans d’autres groupes avant Vio/Miré ?




Il y a un millier d’années j’ai joué dans un groupe avec Chris Ryan (Deer Tick) et Sean Lynch (Holy Sheet). C’était le premier groupe, nous étions des mômes. J’ai joué avec de de nombreux groupes à géométrie variable. C’est aussi le cas avec Vio/Miré. J’ai joué et je joue toujours avec Liz Isenberg, Josh Carrigan, Scott Alario, Alex Somers, Chris Ryan et Amil Byleckie. Je n’ai pas fait grand chose d’autre, si ce n’est écrire et donner des concerts.




Des disques importants dans ta collection ?


Graceland et Harvest ont été comme des clés qui m’ont ouvert des portes. Charles Ives, Gyorgy Ligeti, Morton Feldman et Philip Glass ont changé ma vision de la musique.




Quel disque te rend heureux ?


You’re a Strong One de Dandelion Fiction.




Y a t-il un genre musical que tu ne connais pas encore mais que tu aimerais explorer ?


Je m’intéresse beaucoup aux carillons : des groupes de carillonneurs qui sonnent les cloches selon des motifs variables. J’essaie d’en savoir plus sur ce monde étrange et mystique.




De quels instruments joues-tu ? Lequel aimerais-tu apprendre ?


Habituellement, je joue de la guitare et des claviers, principalement sur un vieil « orgue à anches »

pendant les tournées aux Etats Unis. Mais c’est sympa de jouer sur n’importe quel instrument, vraiment.




Qui écoute tes chansons en premier ?


Liz Isenberg et moi nous envoyons nos chansons pendant que nous les travaillons et une fois qu’elles sont finies. Emily Dix Thomas, la violoncelliste, en entend certaines. Parfois on a hâte de faire écouter quelque chose. Parfois on est tellement immergé dans son travail qu’on perd de vue l’essentiel, la question de savoir si quelqu’un pourrait avoir envie d’écouter ce qu’on fait. Il est utile d’être en contact avec des personnes qui peuvent nous aider à nous y retrouver.




De quelle chanson es-tu le plus fier ?


J’aime toujours la plus récente. J’ai écrit une chanson qui s’appelle Dogs assez récemment et je trouve qu’elle sonne très bien.




Pourquoi y a-t-il autant d’animaux dans le disque ? Un des titres s’appelle Foxes, il y a un chien sur la pochette et les paroles disent « je suis comme un serpent sous un pierre ».


“I am as a snake under a stone.” Un endroit agréable où se cacher, se protéger. Les humains sont aussi des animaux. J’écris sur le comportement animal.




Qui est le « je » de tes chansons ?

« Je » ne désigne personne en particulier, c’est moi, d’autres personnes dans ma vie, tous les gens que j’ai rencontrés. J’aime bien l’idée que les chansons s’adressent personnellement et exclusivement à quiconque est susceptible de les écouter.




Que fais-tu quand tu ne joues pas de musique ?


Je me promène beaucoup. J’aime regarder les rivières.




Quelle importance a l’endroit où tu vis ?


Je vis à Providence, dans l’état de Rhode Island. C’est la ville où j’ai grandi, on ne peut rêver meilleur endroit où rentrer chez soi. C’est important pour moi d’habiter près de la côte et d’être proche de la nature.




Si tu pouvais passer une journée dans la peau de quelqu’un d’autre, qui choisirais-tu ?


Wow. Aucune idée. Je peux choisir le jour ? Je pourrais marcher sur la lune dans les bottes de Buzz Aldrin. Je pourrais être Pavarotti et chanter toute la journée. Ce serait encore mieux d’être le baryton autrichien Vogl, pour aller chez Franz Schubert qui était un de ses amis, et chanter ses chansons avec lui.




Si tu pouvais vivre à n’importe quelle époque, à n’importe quel endroit, où serais-tu ?


Facile. Le futur lointain. J’adorerais être assis juste là où je suis en ce moment, dans mille ans. Ou plutôt, dans cent million d’années. Vraiment. Le futur m’obsède.




Quelqu’un te propose d’inventer et de construire quelque chose spécialement pour toi. Que demandes-tu ?


J’ai une très bonne réponse mais je ne peux pas en parler. J’ai besoin que quelqu’un l’invente pour moi et si j’en parle on va me voler mon idée géniale.




Qu’as-tu appris aujourd’hui ou récemment ?


J’ai appris récemment qu’il y a 80 ans seulement on pensait que la Voie Lactée contenait l’univers entier. C’est une des raisons pour lesquelles je trouve vraiment passionnant de vivre à l’époque actuelle.

Je viens juste d’apprendre que mettre une pincée de sel dans un café glacé améliore son goût. Surprenant.




Les paroles de « A snake » parlent « d’une autre manière de voir les choses ». C’est aussi le titre de la 4ème chanson du dernier E.P. Est-ce que c’est quelque chose que tu as appris en voyageant ?


On retrouve de nombreux vers dans différentes chansons. C’est un truc que j’ai appris de Marcel Duchamp pour donner une cohésion à l’ensemble. « Peut-être, si je trouve une autre façon de voir les choses. » « Maybe if I find another way of looking at it. » C’est incroyable comme une expérience peut changer ton attitude et ton point de vue. J’ai fait des tournées où on disait « Mon dieu, nous allons rouler 15 heures dans le désert sans savoir où on dort ce soir et rien à manger, c’est l’enfer. » Et d’autres où c’était plutôt « Ca va être génial ! On va rouler toute la nuit, se balader, acheter des cochonneries à la station service et écouter Einstein on the Beach en entier ! »




Une des chansons s’appelle « Battles of man », quelle est le plus difficile bataille que tu aies dû mener ?


Une fois lors d’un voyage de Rhode Island au Guatemala, j’ai été kidnappé et me suis posé de sérieuses questions existentielles sur la manière de réagir. Comme on n’avait pas d’argent ils nous ont laissés partir mais pendant un moment j’avais vraiment peur que quelque chose de grave arrive. J’aurais dû prendre une décision et ça aurait été une question de vie ou de mort. C’est une histoire vraie.




Pour finir, as-tu un jeu de mot préféré, une blague ? Que vas-tu faire cet été ?


Un extrait d’un album de Moondog. Une femme lui dit « Tu me rappelles quelqu’un. » Il répond « Penses-y encore et tu verras que la personne à laquelle je te fais penser, c’est moi. »

Cet été je vais écrire la bande originale d’un film, travailler sur le disque d’un ami et booker une tournée. Idéalement j’aimerais beaucoup nager aussi.


Nouveau message