fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations


A l’image de sa pochette, une salle à manger déserte et peuplée de fantômes, « Always in Postscript » est un disque fait de contrastes, l’illustration musicale d’espaces infiniment vastes, jamais vraiment immobiles, où ricochent des bruits sourds et organiques. Les notes s’allongent, le temps s’étire au rythme d’un drone aquatique et flou, dont on souhaiterait qu’il ne s’arrête jamais.


Deuxième album de Willamette, il a été écrit pour un artiste de Singapour et son film sur le parcours de l’eau dans les villes contemporaines, primé au festival de Venise en 2011. En suivant le cours de leur matière sonore, on se retrouve spectateur d’un monde au ralenti, captivé par tout ce qui existe sous la surface.


Deux des trois membres qui composent Willamette ont répondu à quelques questions, Joseph et Davin, deux américains assez secrets et pleins d’humour.




ownrecords


plus d’informations sur Willamette : escapingthememory.org


les travaux du cinéaste Charles LIM Li Yong, qui utilise la musique de Willamette, “All lines flow out







What are your names, and where are you from ?


My name is Joseph and I am originally from Colorado, but currently reside in Washington.


Hi, I’m Davin. I was born and raised in Edmonton, Alberta, dead in the middle of the Canadian Midwest. This is where I currently reside.




How and when did you start Willamette ?


Davin : As with any other meaningful meeting, we met under limited circumstance and in a time of cautious creativity. We’ve known each other since the middle of 2006, Spring.




How did you choose the name ? It’s difficult to find you on the internet without the album names.


Joseph : I was living in the Willamette valley when a majority of the work on the first album, « echo park », took place. Most of my time was spent alone and there was a forest near my home that I would wonder in and get lost. The name seemed fitting.


Davin : It was something that eventually found itself in our minds and on the cover of our records. I suppose we should have gave a bit more thought to how that may affect our internet search results.




Do you play in other bands ? Do you have solo projects ?


Joseph : I have worked with and collaborated with others in the past under various names, though currently, when time permits I have been working on various recordings that have yet to reveal their purpose.


Davin : I compose here and there, but I try to stay away from any and all music for long periods of time…




Do you sometimes play live shows ?


Joseph : We have not as of yet, though there was some talk about trying in the future. Seeing as neither album was composed with the live setting in mind, I am not sure how the music would translate beyond something other than an isolated listening experience. We will see what the future holds.


Davin : I have a few problems with live shows. I guess it is the perfectionist in me and the part of me that appreciates rigidity in structure. I find I cannot live without control. Something I have to get over eventually, I suppose.




How did you learn music ?


Joseph : I am still learning music in many ways, in both the study of theory and through numerous failures.


Davin : I studied musical theory in my youth, which probably hurt me more than it helped me at this point.




What are the important records in your collections (or songs, or shows), the ones that changed your life somewhat ?


Joseph : It’s difficult to recall specific albums at the moment, though I know they did exist for me at those times.


Davin : Can’t say any particular record or songs “changed my life”. Don’t get me wrong, I enjoy good music, but it just hasn’t been that profound. I think Delerue’s music is vast and beautiful and I just bought a limited vinyl edition of Morricone’s “The Good, The Bad and The Ugly” OST yesterday… (NB: watch some videos Willamette chose for Pinkushion)




What record / music makes you happy ?


Joseph : Any phase one flying saucer attack at a rather high volume.


Davin : Ummm, Phil Collins almost always makes me smile, but I doubt it’s for the right reasons.




Any genre of music that you don’t know well yet but would like to listen to ?


Joseph : I suppose jazz has always been a genre that I wish I was more familiar with, but it’s impossible to be familiar with everything.


Davin : No.




What instruments can you play ? What instrument would you like to learn ?


Joseph : Certain instruments I am more familiar with than others, but my lack of proficiency has caused me to typically view each instrument as a sound source and approach it as such.


Davin : I can’t claim that I am proficient in any instrument. I suppose I am an adequate pianist. I am past that stage in my life where my mind is like a sponge - I’ve lost the ability to learn new things.




The album on Own Records is called « Always in Postscript ». Is it a postscript after a letter ? As something to add after the main work ?


Davin : It is the idea that the things left unsaid are often the ones that hurt the most. If you love someone, that should be the introduction, body and ending of the letter.




Which song is your favourite on the album ?


Davin : I don’t know that I consider our records as collection of songs. It’s probably easier for me to find something I hate in each piece, so the question should be which song I dislike the least…




Why are some song titles in French ? Who are the girls mentioned ?


Davin : I think French looks nice in print. Someone once told me that may increase our listener base. Girls are always a secret…




« Always in Postscript » was written for a film by Charles Lim. Did you see the movie before you wrote the music ? What instructions did the filmmaker give you ?


Davin : We met Charles out of a mutual respect and appreciation for our respective work. I did have the opportunity to see some early versions. I don’t think any specific instructions were given, but as with any other audio/visual collaboration, we needed to give the images and natural sounds room to breathe…




Where does the picture on the cover come from ?


Joseph : The photographs were discovered amongst a pile in a dusty basement at an estate sale. I would be hard pressed to find any other images that would better capture the feeling of our music, personally. Much of the album was composed with those photographs in mind.




What do you do when you don’t play music ?


Joseph : I have been listening to more music these days than I have in the last several months. I have also been trying my hand at baking bread and reading more books.


Davin : I rarely play music or listen to music these days. As Joseph alluded to me last week, our lives seem like a blur…




What’s your favourite place on earth ?


Davin : Wherever it snows more than it rains and where there’s more rain than there’s sunshine.




How important is the place where you live ?


Davin : My family is here so it’s important.




If you could live in somebody else’s shoes for a day, who would you be ?


Davin : Shari Lewis. I love puppets. And I love lamb chops.




If you could live in another time, another place, where and when would it be ?


Joseph : New York City in the 1920s.


Davin : 1967, which is a different time and place.




Someone offers to invent and make something especially for you. What do you ask for ?


Joseph : A DeLorean with a flux capacitor.


Davin : I’d like a machine that slows people down. A slo-mo machine that makes everything slow motion with a click of a button. Or a flip of a switch.




What are your plans for this summer ?


Davin : I plan to continue developing my garden this summer. Chinese vegetables and a couple apple trees.


Merci à Joseph et Davin pour leurs réponses.



(la même chose, en français)


Comment vous appelez-vous, d’où venez vous ?


Je m’appelle Joseph, je suis originaire du Colorado, mais je vis dans l’état de Washington.


Salut, je m’appelle Davin. Je suis né et j’ai grandi à Edmonton, Alberta, en plein milieu du Midwest canadien. C’est là que je vis en ce moment.




Quand avez-vous commencé Willamette ?


Davin : Comme avec toutes les rencontres significatives, à un moment particulier où nous étions prudents et créatifs. Nous nous connaissons depuis le printemps 2006.




Comment avez-vous choisi votre nom ?


Joseph : J’ai vécu dans la vallée de la Willamette pendant la majeure partie de l’élaboration du premier album, « echo park ». Je passais la plupart de mon temps seul, à me promener dans une forêt près de la maison, à m’y perdre. Le nom semblait approprié.


Davin : L’idée a fait son chemin dans nos esprits jusqu’à se retrouver sur la pochette de nos disques. Je suppose qu’on aurait du penser un peu plus à notre visibilité sur internet.




Jouez-vous dans d’autres groupes ? Avez-vous d’autres projets ?


Joseph : J’ai travaillé et collaboré avec d’autres personnes dans le passé, sous divers noms. Maintenant, selon le temps dont je dispose je travaille sur divers enregistrements dont je ne sais pas encore ce qu’ils vont devenir.


Davin : Je compose par-ci, par-là, mais j’essaie de rester éloigné de toute musique pendant de longs moments.




Donnez-vous parfois des concerts ?


Joseph : Nous ne l’avons encore jamais fait, mais nous avons déjà discuter de l’idée d’essayer, dans le futur. Etant donné que les albums n’ont pas été composé en pensant à la scène, mais plutôt pour une écoute en solitaire, je ne sais pas quel son aurait la musique ailleurs. Nous verrons ce que l’avenir nous réserve.


Davin : Le fait de jouer « live » me pose quelques problèmes. Une partie de moi est perfectionniste, et j’apprécie structure et rigidité. Je ne peux pas vivre sans contrôle. C’est quelque chose que je devrai surmonter un jour, je suppose.




Comment avez-vous appris la musique ?


Joseph : J’apprends toujours, de différentes façons, en étudiant la théorie et en faisant de nombreuses erreurs.


Davin : J’ai étudié la théorie de la musique dans ma jeunesse, et ça m’a certainement fait plus de mal que ça ne m’a aidé.




Quels sont les chansons, les disques importants dans vos vies ?


Joseph : Il y a eu des albums importants, à certains moments, mais j’ai du mal à en citer un sur le moment.


Davin : Je ne peux pas dire qu’un disque particulier ou une chanson ont « changé ma vie ». Ne vous méprenez pas, j’aime la bonne musique, mais je n’ai rien vécu d’aussi profond. Je pense que la musique de Delerue est vaste et belle, et j’ai acheté hier un vinyle en édition limitée de la bande originale de Morricone pour « Le bon, la brute et le truand ». (NB: voir une sélection de videos choisies pour Pinkushion)




Quels disques, quelle musique vous rendent heureux ?


Joseph : L’un des quatre premiers disques de Flying Saucer Attack, joués à un volume assez fort.


Davin : Euh, Phil Collins me fait presque toujours sourire, mais je doute que ce soit pour les bonnes raisons.




Un genre de musique que vous ne connaissez pas, avec lequel vous aimeriez vous familiariser ?


Joseph : J’ai toujours voulu mieux connaître le jazz, mais il est impossible de tout connaître.


Davin : Non.




De quels instruments jouez-vous ? Lequel aimeriez-vous apprendre ?


Joseph : Je joue mieux de certains instruments que d’autres, mais en raison de mon manque de maîtrise j’ai pris l’habitude d’aborder chaque instrument comme une source de son.


Davin : Je ne prétends maîtriser aucun instrument. Je joue correctement du piano. J’ai dépassé ce stade de ma vie où mon esprit est comme une éponge, j’ai perdu la capacité d’apprendre des choses nouvelles.




L’album s’appelle « Always in Postscript ». Est-ce un post scriptum à la fin d’une lettre ?


Davin : C’est l’idée que les choses que l’ont ne ne dit pas sont celles qui blessent le plus. Si vous aimez quelqu’un, faites en l’introduction, la développement et la conclusion de la lettre.




Quelle chanson est votre préférée sur l’album ?


Davin : Je ne sais pas si je considère nos disques comme un ensemble de chansons. C’est probablement plus facile pour moi de trouver ce que je déteste dans chaque morceau, donc, la question devrait être quelle chanson me déplait le moins.




Pourquoi certains des titres sont-ils en français ? A qui appartiennent les prénoms féminins ?


Davin : Je pense que la langue française est jolie à voir imprimée. Quelqu’un m’a dit un jour que cela pourrait agrandir notre public. Les filles sont toujours un secret…




« Always in Postscript » a été écrit pour être la bande originale d’un film de Charles Lim. Avez-vous vu le film avant d’écrire la musique ? Le réalisateur vous a-t-il donné des instructions ?


Davin : Nous avons rencontré Charles parce que nous nous apprécions mutuellement et respectons le travail l’un de l’autre. Je ne pense pas avoir reçu d’instructions spécifiques, mais comme dans toute collaboration audio/visuelle, nous avions besoin de laisser aux images et aux sons en prise directe la place de respirer.




D’où vient la photo qui illustre la pochette ?


Joseph : Les photos proviennent d’une série trouvée dans un sous sol poussiéreux après une vente de succession. Personnellement, j’aurais eu du mal à trouver d’autres images qui capturent aussi bien l’esprit de notre musique. La plus grande partie de l’album a été écrite avec ces images en tête.




Que faites-vous quand vous ne faites pas de musique ?


Joseph : J’ai écouté plus de musique ces derniers jours que je n’en ai écouté depuis plusieurs mois. J’ai essayé de me mettre à faire du pain et à lire plus de livres.


Davin : Je joue et j’écoute rarement de la musique ces jours-ci. Joseph m’a fait remarquer la semaine dernière que les jours passent en un clin d’oeil.




Quel est votre endroit préféré sur Terre ?


Davin : N’importe quel endroit où il neige plus qu’il ne pleut, et où il y a plus de pluie que de soleil.




Quelle importance a l’endroit où vous vivez ?


Davin : Ma famille est ici alors c’est important.




Si vous pouviez vivre une journée dans la peau de quelqu’un d’autre, qui choisiriez-vous ?


Davin : Shari Lewis. J’adore les marionnettes. Et j’adore les côtés d’agneau (jeu de mot sur le nom de la marionnette vedette).




Si vous pouviez vivre dans un autre lieu, à une autre époque, où serait-ce ?


Joseph : New York City dans les années 1920.


Davin : 1967, qui est à la fois un autre moment et un autre endroit.




Quelqu’un offre d’inventer et de construire quelque chose spécialement pour vous. Que demandez-vous ?


Joseph : Une DeLorean avec condensateur de flux.


Davin : J’aimerais une machine qui ralentit les gens. Une machine ralentisseuse qui permet de passer absolument tout en vitesse lente quand on appuie sur un bouton. Ou qu’on abaisse un interrupteur.




Qu’avez-vous prévu de faire cet été ?


Davin : J’ai prévu de continuer à améliorer mon jardin. Des légumes chinois et une paire de pommiers.


Nouveau message