fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations

Un courrier pas encore publié où Ignatus a répondu à nos questions saugrenues. On aimait beaucoup le personnage, depuis les Objets, en passant par les nouvelles et le premier roman, et encore plus après qu’il a fait les chœurs live - pendant un concert en 1996 - de ‘Parlez vous anglais monsieur katerine ?’ (Un rôle de fille, japonaise, pour l’accent).



Ignatus est passé en première partie de Philippe Katerine au Caveau des Trinitaires, à Metz, au moment de la sortie de son premier maxi cd, avant l’album (en 1996. Incroyable. Déjà ? Où est donc passé tout ce temps qui passe ?). On aimait beaucoup le personnage, depuis les Objets, en passant par les nouvelles et le premier roman, et encore plus après qu’il a fait les chœurs live - pendant le concert - de ‘Parlez vous anglais monsieur katerine ?’ (Un rôle de fille, japonaise, pour l’accent). Après ce fameux concert, on est allé le voir pour lui donner nos questions. Voilà le courrier ! (de plus amples infos chez www.ignatub.com)


On sait que Ignatus vient de Ignatius de ‘la conjuration des imbéciles’ (le livre de John Kennedy O’Toole). Par contre on ne sait pas - quand vous vous êtes décidé pour ce nouveau nom - pourquoi lui ? (parce que vous possédez certains traits du personnage ?) - est-ce que finalement après le disque et quelques concerts, le nom vous sied comme vous le pensiez au départ ?


Quand ? Ignatus m’est venu vite après la séparation des Objets mais j’ai longuement hésité. Beaucoup d’amis autour de moi n’aimaient pas (et n’aiment toujours pas) ce pseudo, mais bon, faut pas toujours écouter les autres, de toute façon, ils sont jamais d’accord entre eux ! (Pareil pour les chansons).


Pourquoi lui, je ne lui ressemble pas physiquement, ça c’est sûr, donc il n’y avait pas de risque d’identification (dangereux, ça l’identification). Ignatus, c’est Jérôme Rousseaux sur scène, c’est à dire un autre et cet Ignatus a un peu du caractère excentrique d’Ignatius Reilly. C’est plus un clin d’œil qu’une démarche d’admirateur ou une volonté d’identification.


Finalement le nom me sied A MERVEILLE ! ! ! J’aime surprendre ; le nom surprend, le reste aussi, alors c’est tant mieux.


Pendant le concert (c’est moins sensible sur le disque) on a eu l’impression que vous oscilliez entre deux ‘atmosphères’, le second degré acide des petits enfants et de la chanson où tout le monde vit la même vie, remplit le même caddie etc… et des chansons plus « où l’on parle de soi » ou d’autres. Pensez-vous qu’effectivement vous oscillez ? (ce qui ne nous semble pas très confortable). Si oui, pensez-vous finir par pencher d’un côté ou de l’autre ? (rem : les textes publiés dans la revue le Moule à Gaufres forment une position encore différente)


Musicalement, c’est sûr, j’oscille. Et encore, j’ai éliminé ! (Genre chanson de marin à l’accordéon). J’oscille entre la chanson française poétique et/ou réaliste, la pop et le hip hop/trip hop. Je compose au piano, à la guitare, à l’accordéon et sur la base de samples, ce qui donne des chansons et des ambiances très variées. C’est un bordel terrible mais je n’ai pas envie de me limiter, de me frustrer pour des raisons de positionnement marketing ou autres bêtises. J’ai éliminé certains trucs, et j’aimerais pour l’album rapprocher chanson, pop et trip hop : la chanson pour le style de chant et les textes (j’ai une voix très « chanteur français », c’est incontournable), la pop pour la concision et l’« esprit », le trip hop pour les ambiances et les « délires » possibles. Pour revenir à la question, je sens moins cette oscillation au niveau des textes. Je pense qu’il y a une unité de ton (c’est en tout cas ce que je cherche), même si je suis parfois sincère dans mes sentiments, et parfois ironique sur ma vie ou celle des autres.


Quelle importance accordez-vous à l’endroit où vous vivez ?


C’est très important. D’ailleurs je compose d’abord mes chansons acoustiques à la campagne (piano, guitare) et mes chansons samples à la ville. Et oui, toujours cette oscillation que vous avez fort judicieusement remarqué.


Pensez-vous rester à Paris longtemps ou rêvez-vous d’inverser : votre base éloignée et de fréquentes visites parisiennes ?


Nous y revoilà. J’ai besoin des deux. J’ai habité longtemps le Pas de Calais avec Olivier, avec des passages à Paris de temps en temps. C’était très bien. Mais je suis un solitaire, quand je vais à la campagne (notamment dans la Meuse, puisque je suis meusien d’origine), je m’enferme, je ne vois personne, il y a donc pour moi un risque de devenir un ours mal léché.


Vos fascinations musicales ?


Faut-il parler de fascination ? Je n’ai jamais été fan exclusif d’un style ou d’une personne. J’écoute de nombreux styles de musiques et dans chacun de ces styles, il y a des gens que j’admire et qui m’ont quelquepart fortement influencé. Des exemples ? la pop et le rock (au sens large ), bien sûr : John Cale, le Van Morrison d’Astral week’s, Brian Wilson, Leonard Cohen… la chanson : Barbara , Gainsbourg, Ferré, Brel, Moustaki, Brassens… la soul/hip hop/black music : Marvin Gaye, Al Green, Tricky… le classique : Ravel, Debussy, Bartok….le jazz : Monk, Coltrane, Bil et Gil Evans… la world : musiques indiennes, africaines et brésiliennes.


… ou non musicales ?(promenades, regarder chez les gens quand la lumière est allumée l’hiver, téléphagie …)


En dehors de la musique, j’aime la lecture et les voyages : randonnées en France (j’ai traversé la France à pied l’an dernier), sinon j’ai pas mal traîné mon sac à dos en Asie, en Amérique et ailleurs.


Vos films et livres préférés ?


Je ne suis pas très cinéma, on y est trop « spectateur », je ne supporte que l’excellence : Orson Welles, Fellini, Tati, Kubrick…. Littérature en vrac : Bret Easton Ellis (le choc de ma vie qui m’a poussé à écrire mon premier roman), Perrec, Echenoz, Calaferte, Malraux, Brautigan, Albert Cohen…


Si vous n’aviez pas été la moitié des Objets, que serait-il arrivé ?


??? J’aurais de toute façon fait de la musique, écrit des chansons, mais peut-être en restant amateur. Auquel cas j’aurais fait un des boulots sérieux du genre de ce que je faisais avant de toute plaquer pour faire les objets (journalisme scientifique, marketing).


Le récit d’une journée idéale pour Jérôme Rousseaux ?


-7H lever, lavage, remplissage ventral,

-7H30 marche,

-9H30 arrêt casse croûte (pain fromage), lecture ou écriture

-10H30 : marche

-11H23 : rencontre surprise

-12H30 : déjeuner (fromage, charcuteries), sieste,

-15H00 : marche

-18H00 : bivouac

-19H00 : dîner chaud

-20H00 : avalage de bières en compagnie d’être humains, de livres ou de feuilles blanches.


La journée idéale source de bonheur, seconde hypothèse :

Jusqu’à 21H00 que des galères, des déplacements, de la fatigue…

21H00 : Ignatus sur scène

21H45 : troisième rappel

21H55 : le champagne, les filles, la gloire

minuit : la chambre d’hôtel tout seul comme un con


La journée idéale source de bonheur, troisième hypothèse :

-10H00 : lever, footing dans les bois

-11H00 : piano classique

-13H00 : bon déjeuner à base de produis locaux naturels et de qualité

-14H00 : lecture

-17H00 : piano chanson, guitare, accordéon

-19H00 : bière (de garde ou belge)

-20H00 : bon dîner à base de produis locaux naturels et de qualité

-21H00 : lecture ou écriture devant le feu de bois

-23H00 : piano, guitare et bière


Qu’aimez-vous grignoter entre les repas, ou à la place des repas ?


thé + chocolat


Quel est votre monstre préféré ?


ma dernière petite amie.


Vous êtes le dernier survivant terrien après une catastrophe mondiale. Quel magasin pillez-vous en premier ?


un sex shop (enfin, je ne risque pas de croiser quelqu’un que je connais en sortant)


Une citation, pour agrandir notre collection ?


Un proverbe chinois d’Ignatus : le train passe, la vache reste.


Des projets futurs, que vous dévoileriez maintenant ?


Acheter du papier cul, repeindre ma salle de bain et enregistrer un album.


PS : J’ai été très content de faire la japonaise pour Katerine sur scène. Par contre, à l’hôtel, ça m’a moins plu.



Nouveau message