fictionalize you life

We can go wherever we please and everything depends upon how near you stand to me

 
buy augmentin online without prescription bestdrugs4health.com
staxyn 10 mg at www.buycheapdrugsnorx.com
Cytotec Cytotec online Misoprostol online
RSS Feed

interviews, conversations

Charge Group est en quelque sorte un phénomène de rock atmosphérique et théâtral australien. Leurs morceaux grandissent pour finir en beau tapage et en pluie d’étincelles, explosions in the sky sous les étoiles de l’hémisphère sud. Fiévreux, lucide et plein d’espoir, ce deuxième album éponyme alterne hymnes pour grands concerts organisés en pleine nature et mélodies simples empruntées au folk traditionnel.

Le quatuor est sans doute un très bon groupe de scène, si l’on en juge par la video de Run, la voix expressive de Matt Blackman, et leur adresse à arranger un wall of sound qu’ils s’empressent aussitôt d’escalader comme une barrière naturelle, comme un défi à aller voir plus loin.

Ils seront en tournée en Europe en mars et avril.






Sans oublier le très bon premier album:



Les deux disques sont sortis sur Own Records.

La page Facebook du groupe.

Merci à Matt d’avoir répondu à ces questions de l’autre bout du monde.




(texte en français un peu plus bas)



Charge Group, great choice for a name, in several of the songs there really is a release of energy. But how does it come from ?


I like the idea of energy transferral. Storage, release, exchange. We were also just looking for a name that had simplicity yet painted a nice abstract picture.




Are you ready for the tour in Europe ? What are your plans ? What do you want to see/ do while you’re here ?


We are SO excited to return to Europe - it offers such a rich cultural significance for us and we feel so welcome there. We have a wonderful little label in Luxembourg who are very good people, and the Europeans just seem to really ‘get’ our music. This will be our first time performing in London, Madrid and Lisbon, so that should be a fun exploration.




Which one of your songs are you most proud of ?


Tough question! I don’t know…maybe ‘Run’ because of it’s raw simplicity and urgency. Sometimes the hardest thing to do is to leave good ideas alone and not overcomplicate them.




CHARGE GROUP ‘Run’ (Official music video) from Microphone & Loudspeaker on Vimeo.




It seems that the first album was about escaping, but the second one is about facing things. Is there really a concept behind the two records or was it the way you felt at the time ? I’m asking because I think your songs are often dramatic and theatrical and get carried away like I can get carried away by a story in a movie or a book.


No, there is no concept behind the two records…but it’s nice to hear stories of people getting absorbed in them in the way you describe. I’m fascinated by the many hypocrisies and binds that humanity has created for itself on this planet – it’s all pretty messed up and farcical. I like to loosely explore those ideas, and agree that perhaps the ‘Charge Group’ LP is perhaps about facing some of these ideas directly, more so than ‘Escaping Mankind’. But I also like to think there’s enough space in both the words and music to project the listener’s own narrative on to the canvas.




Where does your love of music come from ? What is your first musical memory ?


I didn’t really have a choice. Both my parents were orchestral musicians so there was classical music on the record player since I was in the womb, and somebody was always singing in the house.




How did you learn music ?


I got piano lessons as a young child and then in my teens I decided I wanted to teach myself drums, then guitar. I was hooked by the collaborative integrity and “soul” of a bunch of records around then - The Clash, Sex Pistols, REM, The Police, The Who, etc.




What instrument would you like to learn ?


I’ve never played a harpsichord and would LOVE to. There was one in the studio where we recorded ‘Escaping Mankind’, built in the early 1800s or something. It had a big sign in it saying DO NOT PLAY HARPSICHORD UNDER ANY CIRCUMSTANCES. If we hadn’t have got the studio space for free from my uncle there’s no way I would’ve obeyed that sign.




Do you remember listening to a « life changing » record ? What are your favourite records ?


The first record I was truly obsessed with was Paul Simon ‘Graceland’ when I was 12. I knew all the words and every little musical part. But then I think my life was changed forever when I was 18 and I heard ‘The Velvet Underground & Nico’. It’s such a visionary record and so out there. It still remains my favourite album of all time.




What song by someone else do you wish you had written ?


Dress Sexy At My Funeral‘ by Smog.




Is there a musical genre that you don’t know very well but would like to explore one day ?


Yes, Indonesian Gamelan profoundly confuses and interests me in equal measure.




What do you like doing when you don’t play music ?


Camping, swimming, being outside - preferably near an open fire.




How important is the place where you live ? Where do you write lyrics or music ? What’s your favourite place on earth ?


Australia and Sydney are a strange paradox. Naturally very beautiful, safe, the climate comfortable, the economy stable, and in the 220 years of white colonialisation there has never been any significan civil unrest, wars or bloody uprisings. As nice as this all is, it has also bred generations of people who believe that stuff is now and will always probably be OK. A kind of blind optimism. The people in charge shouldn’t be questioned and god forbid you should ever get out on the street, stand up for your rights and fight for anything. This is profoundly frustrating and interesting to me, especially at this point in time for our planet, and these ideas do permeate the music and mood. My favourite place to write music is in my room alone between the hours of 2am and 5am when nothing seems real. It’s a great drug-free opportunity to really step-outside of yourself. Favourite place on earth? Cradle Mountain in Tasmania.




What/who’s your favourite monster? Your favourite superhero?


Monster - Chewbacca. Superhero - Chewbacca.




If you could spend one day in somebody else’s shoes, who would you be?


I’ve always wanted to see the world from a dog’s perspective, and my terrier Roadie is a crazy little fucker.




What are you afraid of?


Losing youthful idealism. Ignorant people. Mediocrity.




What have you learnt, today or recently?


I recently learned that there is a fish called a BASTARD TRUMPETER found off Tasmania. I liked that.






Charge Group, le nom vous correspond bien, on entend une libération d’énergie dans certaines de vos chansons.


J’aime l’idée d’un transfert d’énergie. Accumulation, libération, échange. On cherchait juste un nom simple qui soit aussi une image abstraite.




Êtes-vous prêt pour la tournée en Europe ? Qu’est-ce que vous voulez voir pendant que vous serez là ?


On est TRES contents de revenir en Europe. C’est culturellement très important pour nous, on se sent tellement bien accueillis. On est sur un petit label au Luxembourg avec des gens supers, et les européens semblent vraiment «comprendre» notre musique. On jouera pour la première fois à Londres, Madrid et Lisbonne, ça devrait être sympa à explorer.




De laquelle des chansons es-tu le plus fier ?


Question difficile ! Je ne sais pas… peut-être Run pour la simplicité à l’état brut et l’urgence. Il est parfois très difficile de laisser les meilleures idées telles quelles, de résister à l’envie de trop les compliquer.




Il me semble que le premier album parle de s’échapper, le second de faire face. Est-ce qu’il a un concept derrière les albums ?


Non, il n’y a pas de concept derrière les deux disques… mais c’est cool d’entendre les histoires des gens qui sont absorbés par mes chansons. Je suis fasciné par les nombreuses hypocrisies et les barrières que l’humanité crée pour elle-même sur cette planète – tout ça m’a l’air assez cinglé et grotesque. Je m’intéresse à ces idées, dans les grandes lignes et je suis d’accord pour dire que le nouvel album parle peut-être plus de faire face à tout ça de façon directe, plus que sur « Escaping Mankind ». Mais ça me plait aussi de penser qu’il y a assez d’espace dans les mots et la musique pour laisser à l’auditeur la place de projeter sa histoire personnelle sur la toile.




D’où vient ton amour de la musique ? Quel est ton premier souvenir musical ?


Je n’ai pas vraiment eu le choix. Mes deux parents étaient musiciens dans un orchestre donc j’ai entendu de la musique classique sur le tourne-disque depuis avant ma naissance, et il y avait toujours quelqu’un en train de chanter à la maison.




Comment as-tu appris la musique ?


J’ai pris des leçons de piano quand j’étais enfant et à l’adolescence j’ai décidé d’apprendre la batterie tout seul, puis la guitare. J’ai été accroché par l’intégrité de certains groupes et « l’âme » présente dans une série de disques à cette époque – les Clash, Sex Pistols, REM, Police, les Who.




De quel instrument aimerais-tu savoir jouer ?


Je n’ai jamais joué de clavecin et j’adorerais en faire. Il y a en avait un dans le studio où on a enregistré « Escaping Mankind », qui datait des années 1800, avec une pancarte qui disait « En aucun cas vous ne devez jouer de ce clavecin ». Si nous n’avions pas occupé le studio gratuitement grâce à mon oncle, jamais je n’aurais réussi à respecter cette interdiction.




Est-ce que tu te souviens d’un disque qui a changé ta vie ? Quels sont tes disques préférés ?


Le premier disque à m’avoir vraiment obsédé était le « Graceland » de Paul Simon quand j’avais 12 ans. Je connaissais toutes les paroles et chaque détail de la musique. Ensuite je pense que ma vie a changé pour toujours quand j’ai écouté « The Velvet Underground & Nico » à 18 ans. C’était un disque visionnaire. Il reste un de mes albums préférés de tous les temps.




Quel chanson d’un autre aimerais-tu avoir écrite ?


‘Dress Sexy At My Funeral‘ by Smog.




Aimerais-tu en apprendre plus sur un genre musical que tu ne connais pas encore ?


Oui, le gamelan indonésien, je le trouve aussi déroutant qu’intéressant.




Qu’est-ce que tu aimes faire quand tu ne joues pas de musique ?


Partir camper, nager, être à l’extérieur – de préférence près d’un feu de camp.




Quelle importance accordes-tu à l’endroit où tu vis ?


L’Australie et Sydney sont des paradoxes. Ce sont des sites naturellement très beaux, surs, un climat agréable, une économie stable, et en 200 ans de colonisation par les blancs il n’y a pas eu de troubles, de guerre ou de soulèvements sanglants. Aussi agréable que ça puisse être, ça a donné des générations de gens qui pensent que tout va bien et que tout ira sans doute toujours aussi bien. Un sorte d’optimisme aveugle. On ne remet pas en question les gens au pouvoir et il est impensable de sortir dans la rue, affirmer ses droits ou se battre pour quoi que ce soit. C’est profondément frustrant et intéressant pour moi, spécialement à ce moment de l’histoire de notre planète, et ces idées se retrouvent dans la musique et mon état d’esprit.

Mon endroit préféré pour écrire est dans ma chambre, entre 2 et 5 heures du matin quand tout a l’air irréel. C’est le moment où on peut sortir de soi-même sans aucunes drogues.

Mon endroit préféré sur Terre ? Cradle Mountain en Tasmanie.




Qui est ton monstre préféré ? Ton super héros préféré ?


Le monstre : Chewbacca. Le superhéros : Chewbacca.




Si tu pouvais passer une journée dans la peau de quelqu’un d’autre, qui serais-tu ?


J’ai toujours voulu voir le monde comme un chien le verrait, et mon terrier Roadie est un sacré petit con.




De quoi as-tu peur ?


De perdre l’idéalisme de la jeunesse. Des gens ignorant. De la médiocrité.




Qu’as-tu appris récemment ?


J’ai appris récemment qu’il existe un poisson appelé le BASTARD TRUMPETER en Tasmanie. Son nom m’a plu.


Nouveau message